Le Spectateur français au XIXme. siècle, ou Variétés morales, politiques et littéraires, recueillies des meilleurs écrits périodiques ..., Volume 7 (Google eBook)

Front Cover
Société typographique., 1810 - France
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 338 - L'amour du jeu rêveur qu'inventa Palamède , Sur des carrés égaux , différents de couleur, Combattant sans danger, mais non pas sans chaleur, Par cent détours savants conduit à la victoire Ses bataillons d'ébène et ses soldats d'ivoire. Longtemps des camps rivaux le succès est égal ; Enfin l'heureux vainqueur donne l'échec fatal , Se lève , et du vaincu proclame la défaite : L'autre reste atterré dans sa douleur muette Et , du terrible mat à regret convaincu , Regarde encor longtemps...
Page 240 - Rien ne suffit aux gens qui nous viennent de Rome : La terre et le travail de l'homme Font pour les assouvir des efforts superflus. Retirez-les; on ne veut plus Cultiver pour eux les campagnes. Nous quittons les cités, nous fuyons aux montagnes; Nous laissons nos chères compagnes, Nous ne conversons...
Page 271 - ... l'abus dans ce nouveau période fut une espèce d'emphase magistrale, une audace imprudente, une sorte de fanatisme dans les opinions, et surtout un ton affirmatif et dogmatique, qui faisait dire à Fontenelle, alors dans sa centième année et témoin encore de cette révolution Je suis effrayé de l'horrible certitude que je rencontre à présent partout.
Page 274 - ... il le détourne ; ce qu'il ne peut sauver, il le console , il le porte jusque dans le sein de Dieu ; nuls témoins, nuls spectateurs, rien ne le soutient ; ni la gloire, ni le préjugé, ni l'amour de la renommée , ces grandes...
Page 274 - ... sorti du cercueil pour y rentrer pêle-mêle avec lui. Si l'horreur du dernier moment est si pénétrante au milieu des pompes de la vanité, sous le dais de l'opulence qui couvre encore de son faste l'orgueilleuse proie que la mort lui arrache, quelle impression doit-elle produire dans des lieux où toutes les misères et toutes les horreurs sont rassemblées ! Voilà ce que bravent le zèle et le courage pastoral. La nature, l'amitié, les ressources de l'art...
Page 338 - L'adroit joueur calcule un hasard incertain. Chacun sur le damier fixe d'un œil avide Les cases, les couleurs, et le plein et le vide ; Les disques noirs et blancs volent du blanc au noir; Leur pile croît, décroit.
Page 274 - ce qui l'environne semble être sorti du cercueil » pour y rentrer pêle-mêle avec lui. Si l'horreur du » dernier moment est si pénétrante au milieu des » pompes de la vanité , sous le dais de l'opulence , » qui couvre encore de son faste l'orgueilleuse proie » que la mort lui arrache, quelle impression doit...
Page 103 - D'un oubli trop ingrat a payé ses bienfaits : Jéhu laisse d'Achab l'affreuse fille en paix, Suit des rois d'Israël les profanes exemples, Du vil dieu de l'Egypte a conservé les temples ; Jéhu, sur les hauts lieux enfin osant offrir Un téméraire encens que Dieu ne peut souffrir, N'a , pour servir sa cause et venger ses injures , Ni le cœur assez droit, ni les mains assez pures.
Page 20 - Voit* voyez un homme presque aussi heureux que s'il était mort. Je suis comme cette femme qui voulait, en dépit d'elle-même, devenir dévote, ne pouvant plus être autre chose, et qui tâchait en vain d'y parvenir : Ils me font lire, disait-elle, des livres de dévotion; je m'en excède, je m'en bourre, et tout me reste sur l'estomac. Voilà où j'en suis réduit, ma chère Julie; les lettres que je reçois d'un grand roi, le baume qu'il veut bien essayer de mettre sur mes plaies, sa philosophie...
Page 273 - Les subsides , les impôts , les » élémens même fatiguent leur triste existence ; dociles » à cette voix paternelle qui les rassemble , qui les » ranime , ils tolèrent , ils supportent , ils oublient tout : » je ne sais quelle onction puissante s'échappe de nos » tabernacles ; le sentiment toujours actif de cette autre

Bibliographic information