Histoire littéraire de Monsieur de Voltaire, Volume 6 (Google eBook)

Front Cover
Imprimé chez P.O. Hampe, 1780
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 290 - ... point équivoque : il y en a peu, mais on profite bien davantage en les lisant qu'avec tous les mauvais petits livres dont nous sommes inondés. Les bons auteurs n'ont de l'esprit qu'autant qu'il en faut, ne le recherchent jamais, pensent avec bon sens, et s'expriment avec clarté.
Page 292 - Despréaux , employaient toujours le mot propre. On s'accoutume à bien parler, en lisant souvent ceux qui ont bien écrit; on se fait une habitude d'exprimer simplement et noblement sa pensée sans effort. Ce n'est point une étude; il n'en coûte aucune peine de lire ce qui est bon, et de ne lire que cela; on n'a de -maître que son plaisir et son goût.
Page 301 - Monsieur le prince, je vois, par les lettres dont sa majesté impériale et votre excellence m'honorent, combien votre nation s'élève, et je crains que la nôtre ne commence à dégénérer à quelques égards. L'impératrice daigne traduire elle-même le chapitre de Bélisaire que quelques hommes de collége calomnient à Paris.
Page 298 - Je ne vous parlerai point des calomnies dont il m'a chargé auprès de M. le prince de Conti et de Mmc la duchesse de Luxembourg, dont il avait surpris la protection. Vous pouvez d'ailleurs vous informer dans Paris de quelle ingratitude il a payé les services de M. Grimm, de M. Helvétius, de M. Diderot et...
Page 340 - ... carrière des lettres, où vous avez remporté plus d'une victoire en plus d'un genre. Vous favez que les ferpens font fur la route , mais qu'au bout eft le temple de la gloire.
Page 290 - L'étude que vous avez faite de la langue italienne doit encore fortifier ce goût avec lequel vous êtes née, et que personne ne peut donner. Le Tasse...
Page 378 - Je ferais mort de plaifir au premier. Il m'a montré votre portrait; ne vous fâchez pas, Madame , fi j'ai pris la liberté de lui rendre les deux baifers. Vous ne pouvez empêcher cet hommage , Faible tribut de quiconque a des yeux.
Page 299 - Le ministère est aussi Instruit de ses projets Criminels que les véritables gens de Lettres le Sont de tous ses procédés. Je vous Supplie de remarquer que la Suite Continuelle des persécutions qu'il m'a Suscitées pendant quatre années, ont été le prix de L'offre que je lui avois faite de lui donner en pur don une maison de campagne Nommée l'Hermitage que vous avez vu entre Tournay et Ferney'.
Page 354 - La raison et le véritable intérêt cherchent toujours des accommodements; l'intérêt mal entendu et l'aigreur mettent les procédures à la place des procédés. Voilà, en général, toute ma connaissance du barreau. Votre lettre, madame, me paraît remplie des meilleurs sentiments, et M.
Page 202 - Pour l'amour de Dieu, rendez aussi exécrable que vous le pourrez le fanatisme qui a fait pendre un fils par son père, ou qui a fait rouer un innocent par huit conseillers du roi.

Bibliographic information