Doctrine de la science: Principes fondamentaux de la science de la connaissance (Google eBook)

Front Cover
Ladrange, 1843 - Knowledge, Theory of - 394 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 399 - BOOK lS NOT RETURNED TO THE LlBRARY ON OR BEFORE THE LAST DATE STAMPED BELOW.
Page 71 - Si le moi se pose comme déterminé , il n'est pas déterminé par le non-moi , et s'il est déterminé par le non-moi , il ne se pose pas comme déterminé.
Page 7 - Je suis moi. , Le moi est posé absolument ; si l'on admet que le moi, qui occupe dans la proposition précédente la place du sujet formel, désigne le moi posé absolument; si le moi qui se trouve à la place de l'attribut désigne le moi existant, le jugement qui a une valeur absolue affirme que tous deux sont complètement une même chose, ou posés d'une manière absolue : le moi existe parce qu'il est posé lui-même.
Page 19 - Donc le moi n'est pas posé dans le moi en tant que le non-moi y est posé. Mais, d'un autre côté, le non-moi ne peut être posé...
Page 54 - Donc toute réalité est active^ et tout ce qui est actif est réalité. L'activité est donc réalité positive par opposition à la réalité seulement relative. En disant «le moi est déterminé» on dit donc «la réalité ou l'activité est en partie détruite en lui.
Page 5 - A est posé d'une manière générale et par conséquent s'il est posé avec un prédicat quelconque. Au contraire, la proposition : Moi (je) suis moi, a une valeur inconditionnelle et absolue, car elle est identique à la loi X. Elle a de la valeur non seulement quant à sa forme, mais aussi quant à son contenu. Le moi est posé en elle, non sous condition, mais absolument, avec le prédicat de l'identité avec soi-même : il est donc posé; et la proposition peut être exprimée ainsi : Je suis....
Page 117 - Kant prouve l'idéalité des objets en présupposant l'idéalité du temps et de l'espace ; nous prouverons au contraire l'idéalité du temps et de l'espace en partant de la preuve de l'idéalité des objets.
Page 36 - Moi est posé : le criticisme est par suite immanent parce qu'il pose tout dans le Moi ; le dogmatisme est transcendant parce qu'il va au-delà du Moi
Page 24 - Fichte exprime sous cette forme : />e moi oppose, dans le moi au moi divisible un non-moi divisible. Aucune philosophie ne remonte au-delà de ces principes ; mais toute philosophie doit remonter jusque-là , et alors elle est fondamentale.
Page 182 - Fichte déduit le jugement, qui participe de l'imagination et de l'entendement, et qui est la faculté de réfléchir sur les objets déjà posés dans l'entendement, ou d'en faire abstraction, et de les y poser selon cette différence ou cette abstraction avec des déterminations ultérieures.

Bibliographic information