Procès-verbaux de la Société Archéologique d'Eure-et-Loir, Chartres, Volume 3 (Google eBook)

Front Cover
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 44 - Comme ma tante n'est instruite de rien, et que je ne sais si elle consentira à ce projet, je vous prie de me répondre avant de vous donner la peine de la voir; j'aurai l'honneur de vous faire une réponse pour vous remercier, et, dans le cas où vous goûteriez notre projet, pour vous prier d'amener, s'il est possible, ma tante à ce que nous désirons. Mille excuses d'avance de toutes vos peines1.
Page 332 - La grâce était difficile à obtenir, parce qu'il y avait peu de logements en ce lieu-là. Le roi lui répondit qu'il la lui accorderait, pourvu qu'il la lui demandât en cent vers qu'il ferait pendant le jeu ; mais cent vers bien comptés, pas un de plus ni de moins.
Page 334 - ... confusion. Enfin ils représentent, avec la plus désirable précision, le tableau extérieur de la cour, des journées, de tout ce qui la compose, les occupations, les amusements, le partage de la vie du roi, le gros de celle de tout le monde...
Page 43 - ... qu'il ya dans ce moment peu d'avocats, et si vous étiez moins modeste, j'ajouterois qu'on ne peut manquer de s'instruire auprès de vous, et qu'on est moins effrayé d'un petit nombre de confrères, quand on espère avoir le meilleur d'eux pour protecteur; mais vous rougissez Passons à la deuxième question. « Elle est très-délicate, puisqu'elle frappe sur ce qui m'est le plus sensible. J'ai eu des torts, j'en conviens, j'ai donné bien du chagrin à ma famille. Elle s'en est plaint et elle...
Page 43 - L'inquiétude continuelle qui m'a fait sortir de chez divers procureurs, à mesure que fy entrois, m'avertit qu'il est temps de quitter tout de bon ces messieurs-là. J'ai déjà vingt-cinq ans, je ne suis pas riche, je ne suis donc pas dans le cas d'amasser lentement ma réputation pièce par pièce s'il m'est permis de m'exprimer ainsi, et si vous voulez bien me passer encore cette métaphore, il me...
Page 151 - Theodemerensis, comme l'appellent les chartes ; mais ces petits barons avaient le cœur plus haut que leur rang, et l'épée plus longue que leur domaine, quand ils étaient en face de l'Anglais. Placé dans cette marche qui séparait la terre de France du duché de Normandie, le château de Thimert (ce fut son premier nom) avait été bâti, en 1050, par...
Page 43 - Quand on ajouteroit à cette première cause l'indolence qu'on ma reprochée, vous conviendrez encore que je puis avoir cela de commun avec bien d'honnêtes gens, et qu'à mon âge, un seul succès, si mince qu'il soit, suffit pour corriger de ce défaut. Je ne crois donc pas m'être rendu indigne de l'estime des honnêtes gens, et j'ose assurer que je suis aussi éloigné de toute bassesse que le plus rigide de tous mes censeurs; j'ai pu avoir quelque légèreté, quelque mollesse, même quelque...
Page 43 - Franchement j'aurais peine à le croire , et il m'importe beaucoup de vous en convaincre. Observez, je vous prie, que toutes les plaintes de ma famille et mes torts n'ont qu'une même cause , ma répugnance à rester chez les procureurs...
Page 333 - M. Dangeau jouit à longs traits du plaisir d'avoir épousé la plus belle, la plus jolie, la plus jeune, ; la plus délicate et la plus nymphe de la cour 4 . 0 trop heureux d'avoir une si belle femme ! Il en faut croire Molière.
Page 249 - ... abandonner la reine, et, sur son refus , l'attaque et le tue. Effrayée à la vue du combat, la reine s'est enfuie dans un bois voisin. Macaire ne la retrouve pas, et revient à Paris chargé d'un crime de plus. Aubri avait un lévrier qui le suivait partout. Le lévrier ne le quitte point , même après sa mort. Il reste là trois jours, et ce n'est que vaincu par la faim qu'il reprend le chemin de Paris. Il arrive à l'heure du dîner, court au palais, où les barons sont à table, aperçoit...

Bibliographic information