Le Canarien: livre de la conquête et conversion des Canaries (1402-1422) par Jean de Bethencourt (Google eBook)

Front Cover
C. Métérie, 1874 - Canary Islands - 258 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 218 - Et afin que ce soit chose ferme et estable à tousjours nous avons fait mettre nostre seel à ces présentes, sauf en autres choses nostre droit et lautruy en toutes.
Page 94 - RELATION des Mongols ou Tartares, par le frère Jean du Plan de Carpin, de l'ordre des frères Mineurs, légat du saint-siège apostolique, nonce en Tartarie pendant les années...
Page xv - Accara, dit-il, j'ai vu des gens qui étaient âgés de cent trente ans, lesquels m'ont dit que, dejà bien des années auparavant, le comptoir de la Mine avait été fondé par les Français qui venaient trafiquer en cet endroit. Comme chaque année, trois mois durant, il régnait une pluie mêlée de...
Page lviii - Extrait du registre des dons, confiscations, maintenues et autres actes faits dans le Duché de Normandie pendant les années 1418, 1419 et 1420, par Henri V, roi d'Angleterre...
Page ii - auoit iadiz fiait faire, celou ce que l'en dit » . C'est de ce personnage, selon toute apparence, que l'île tient son nom. « Cette hypothèse devient même une certitude, dit M. d'Avezac, dès qu'on fait quelque attention à une particularité digne de remarque et qui est trop longtemps restée inaperçue, à savoir, que tout à côté, ou dans un voisinage plus ou moins immédiat du nom bien connu...
Page i - L'Italie conservait un souvenir plus ou moins vague des découvertes anciennes et croyait à la possibilité de contourner l'Afrique et même d'aller aux Indes par l'Occident. Dès 1275 ses navires se hasardèrent sur l'Océan. D'après les chapelains de Béthencourt ' il y avait dans l'île Lancelot « vng viel chastel que Lancelot Maloesel » auoit iadiz fait faire, celou ce que l'en dit ». C'est de ce personnage, selon toute apparence, que l'île tient son nom.
Page lxiii - Henri de Guzman, comte de Niebla. Celui-ci fit partir pour les Canaries, avec trois caravelles de guerre, don Pedro Barba, seigneur de Castro-Fuerte, qui força Maciot de venir rendre compte en Espagne de son administration ' . Béthencourt ne se méprit point sur le sens de ces mesures. Soit pour en conjurer l'effet, soit pour rétablir sa fortune, il donna l'ordre à Maciot et au sieur de Sandouville, par lettre du 17 octobre 1418, d'aliéner le domaine utile de ses îles de Canarie, sauf réserve,...
Page lv - C'était la première fois, depuis les temps anciens, qu'un capitaine prenait la haute mer dans un but de conquête. Béthencourt n'allait pas aux Canaries pour les piller, mais pour s'en emparer et les convertir à la foi chrétienne. Il ne se livrait pas au hasard de la vague comme les vieux Normands qui, quatre cents ans plus tôt, dressèrent leurs tentes sur les côtes de l'Amérique du Nord : la boussole et l'astrolabe ! à la main, il se dirigea sûrement, ouvrit à l'art nautique des horizons...
Page xv - Portugais eurent appris que les Français faisaient avec les Nègres un si bon commerce, ils vinrent les surprendre à l'improviste, et s'emparèrent du magasin, donnèrent les marchandises aux habitants, et assurèrent qu'ils traiteraient avec eux à de meilleures conditions que les Français. Ces pauvres gens le crurent bonnement, et aidèrent au massacre de ceux qui vinrent ensuite. Finalement le magasin fut transformé en une église , qui maintenant est très-bien fortifiée et ne sert qu'à...

Bibliographic information