Causes celebres et interessantes: avec les jugemens qui les ont decidées, Volume 7 (Google eBook)

Front Cover
Z. Chatelain & fils, 1764 - Crime
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 276 - Amour ! Amour ! quand tu nous tiens, On peut bien dire : Adieu prudence ! FABLE II.
Page 144 - N'a rien d'humain que l'apparence ; Et d'ailleurs il n'est pas si facile qu'on pense D'être fort honnête homme et de jouer gros jeu. Le désir de gagner qui nuit et jour occupe...
Page 201 - Procureur , ne laiflent point douter de celui qui l'a imaginé. Je veux , pour un moment , me fuppofer coupable ( jamais fuppofition ne fut plus outrée ) & je demande à tous les honnêtes gens , s'ils connoiflent des outrages qui aient quelque proportion avec de pareilles excufes : oui , je ne crains point de le dire , les criminels dignes du dernier fupplice , ne font point d'amendes honorables en termes plus bas & plus humilians. Quoi ! il faut que j'avoue que ma raifon étoit égarée , dans...
Page 196 - Nogent, dit que l'amour l'avoit fait allez belle pour avoir des Chevaliers, mais non pas des Chevaliers de la Bachelerie. Le Capucin , qui pendant tout ce difcours, n'en mangeoit que mieux, fufpendit pourtant le travail de fa fourchette ; il crut...
Page 241 - ... et de faire une retraite qui les couvre pour toujours de honte et de confusion. Ils reprocheront éternellement à leur tuteur de les avoir engagés dans une pareille démarche. Dans le compte qu'il leur rendra, il pourra peut-être prouver la pureté de sa conduite dans l'administration de leurs biens; mais il ne se justifiera point de la témérité qui lui a inspiré un procès qui donne mit si grande atteinte à l'honneur de ses mineurs.
Page 197 - A tout cela je ne difois mot , & même la fituation où je me trouvois m'auroit fait pafTer outre , fans craindre de trahir la caufe de mon parent , fi M. le Comte de Nogent ne m'eût demandé ce que j'en penfois. J'étois encore tout enquinaudé de la lecture de quelque Opéra , je lui dis en fouriant que l'amour avoit quelquefois mis de niveau le -fceptre & la houlette : L 'amour ! l'amour ! reprit M.
Page 196 - qu'il ne la voudroit pas troquer contre celle de bien d'autres. ) A cette proposition toute la compagnie , excepté moi, fe récria , comme fi l'on fe fût donné le mot : Ah ! Monfeigneur , eftilpojjîble!
Page 201 - Il faut qu'en blefTant k reconnoiflance que je dois à mes vrais protecteurs , je confefle que je ne tiens mon emploi que de la protection de M. de Nogent , dans le tems que le feul fervice qu'il m'a rendu , eft de ne m'avoir point traverfé ! Il faut, qu'en violant le ,refpect & la foi que je dois au grand Prince , fous les ordres de qui j'ai l'honneur de fervir , je déclare qu'il eft au pouvoir de M. de Nogent de me dépouiller de mon emploi , comme s'il étoit le Grand Maître de l'Artillerie...
Page 310 - Ptolémée , fes enfans , comme nous venons de l'obferver , étoient deshérités , & ceux qu'auroit Bérénice , dévoient fuccéder ; & elle en avoit déjà un. Laodice fait donc empoifonner Antiochus ; & quand elle le fçut expiré , elle mit dans fon lit un nommé Artémon , qui lui reflembloit beaucoup , & pour le vifage & pour la voix, afin de jouer le personnage , dont elle avoit befoin.
Page 242 - ... de la loi naturelle, pourquoi veulent-ils empêcher qu'elle ne participe à un bien spirituel, ce trésor précieux, ce don céleste? Je veux dire la grace, que Dieu, par la bouche de l'apôtre, promet à ceux qui reçoivent le sacrement de mariage , qui pour cela est appelé un grand sacrement: Magnum sneramentum guod gratiam confert; ce sont les termes du concile de Trente.

Bibliographic information