Les patois lorrains, Volume 1 (Google eBook)

Front Cover
Maisonneuve, 1881 - French language - 459 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Popular passages

Page v - Dimanche, lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre , décembre, printemps, été, automne, hiver, Noël, Pâques, Pentecôte, Toussaint, almanach.
Page 398 - L'oisiveté ressemble à la rouille, elle use beaucoup plus que le travail : la clef dont on se sert est toujours claire. « Ne prodiguez pas le temps, car c'est l'étoffe dont la vie est faite.
Page iii - ... soit dans la commune où ils sont nés, soit dans celle où ils résident, des documents de trois sortes :'1° des textes ; 2" des renseignements grammaticaux ; 3° un vocabulaire restreint aux mots les plus usuels.
Page xxxiii - Vl° siècle avant Jésus-Christ, des conquérants venus d'outre-Rhin se sont superposés à un peuple de race celtique, se sont fondus dans ce peuple, y ont pris leurs femmes, et qu'ainsi les aptitudes phonétiques des vaincus ont été modifiées par l'inlusion d'un sang nouveau.
Page 39 - J'en ai parlé cependant , pour ne rien négliger de ce qui peut peindre la prononciation, même avec ses défauts. 8°. C'H, a. une articulation particulière que nul signe ne peut représenter en français ; c'est la plus difficile de toutes pour les étrangers , et il est impossible de la rendre sans l'avoir entendue de la bouche d'un maître. Cette articulation s'aspire fortement et se prononce du gosier ; elle a le même son que l'aspiration des Allemands dans le mot NACHT. Ex. : choar , sœur...
Page xxiv - Treviri, et celui-ci, de son côté, pénétrait dans le territoire des Mediomatrici, le long des rives de la Sarre. Au sud-ouest, ce dernier s'avançait jusque dans les environs de Commercy, puis remontait vers le nord-est, en comprenant Thiaucourt, et gagnait la rive droite de la Moselle, qu'il longeait jusqu'au confluent de cette rivière et de la Meurthe; en sorte que la rive gauche dépendait des Leuci et la rive droite des Mediomatrici. La limite suivait la Meurthe jusqu'à Pixerécourt, allait...
Page xxxiii - ... que la phonétique germanique ait pu alors pénétrer la phonétique gréco-latine. Mais la même juxtaposition a eu lieu dans le Barrois, dans les pays Wallons, en Bourgogne, et les patois de ces provinces n'accusent point une pénétration de la nature de celle qui s'est produite dans les pays lorrains. L'influence des idiomes franc, gothique et burgonde s'est fait sentir exclusivement par l'introduction, dans les vocabulaires gallo-romains, d'un millier de mots d'outre-Rhin. Quant à la grammaire...
Page 408 - ... tous les mauvais nains du sabbat qui couraient après lui et cela faisait un brouillard si épais qu'on n'y voyait goutte. Aussitôt que les fées les entendaient, elles se sauvaient et rentraient en tremblant dans leur maison, dont elles fermaient bien les portes, puis elles laissaient leur voile de toile d'araignée sur le ruisseau de Fosse pour que le Sotré ne vît pas où elles se cachaient'.
Page iv - Comme les différents idiomes se définissent et se classent beaucoup moins par leur matériel lexique que par leur grammaire, il importe, au plus haut point, de connaître la constitution grammaticale de chacun de nos patois ; aussi, l'Académie invite-t-elle ses collaborateurs à répondre méthodiquement aux questions qui suivent : I. — Comment distingue-t-on le genre et le nombre dans l'article, le substantif, l'adjectif, les pronoms et les participes ? II. — Quels sont les divers pronoms...
Page 407 - La légende qui suit montre les fées en conflit avec les lutins. Celles de Lorraine détestaient le Sotré parce qu'il était toujours après elles. 11 était fait à peu près comme un diable, il avait des cornes, une grande queue, des pattes qui marquaient dans la poussière comme celles d'un bouc. Il était si sale qu'il souillait tout ce qu'il touchait. Quand il était sur Timoitame, il s'élevait dans l'air .en tournant avec la poussière et les javelles pour voir si les fées étaient dans...

Bibliographic information