Postscript to the further considerations respecting the marriage of the Duc de Montpensier: with reference to the treaty of Utrecht (Google eBook)

Front Cover
J. Ridgway, 1849 - History - 72 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 47 - Montpensier, c'est seulement lorsque celui de la reine sera « conclu, qu'on doit traiter définitivement de l'autre; mais je prie en « même temps le roi de réfléchir combien la situation est en ce moment « délicate, tendue, critique. Il va se faire évidemment un grand effort « pour le Cobourg. Notre parade contre ce coup, c'est Cadix et Mont
Page 47 - Guizot continua en ces termes : « Si, au contraire, Bresson allait aujourd'hui, avant le moment de la crise, sans être pressé par la nécessité, uniquement pour retirer des paroles qu'il a dites sans qu'il en reste cependant aucune trace textuelle bien précise, s'il allait, dis-je, déclarer à la reine Christine qu'elle doit faire le mariage Cadix sans compter sur le mariage Montpensier, je craindrais infiniment que la reine Christine ne se saisît de cet incident pour se rejeter dans le mariage...
Page 54 - ... tranquillisez Sa Majesté ; il n'a jamais été question de conclusion simultanément définitive, ni d'engagement positif avant discussion des articles. Je sais trop à qui j'ai affaire, et je sais aussi qu'il faudra y regarder de très-près. Il ya eu promesse d'aider au besoin un nom par l'autre, de les faire concourir, paraître ensemble, dans toute combinaison conforme à notre principe et l'indication d'une parfaite liberté d'époque. C'est ce que je trouve très -nettement exprimé dans...
Page 50 - J'en suis certain, en sondant votre cœur, vous y trouvez le contentement d'avoir pris cette résolution. La nouvelle en a été accueillie par la reine Christine avec une joie dont j'aime à croire la manifestation sincère. Nous avons aussitôt discuté les deux chances qui nous restent. Evidemment, elle n'a pas renoncé à tout espoir pour le comte de Trapani...
Page 42 - Il concourt très vivement à tout ce que je vous ai écrit ce matin. Il faut effacer, annuler formellement, tout ce que Bresson a dit en sus de ce que j'avais autorisé. Il faut que les Reines sachent qu'il était interdit à Bresson de dire ce qu'il a dit ; et que la simultanéité est inadmissible. Il nous a fait là une rude campagne : il est nécessaire qu'elle soit biffée, et le plus tôt possible.
Page 20 - ... traité qui tendent à empêcher l'union des deux couronnes, et qu'on écartât celles qui assurent la couronne d'Espagne à Philippe V et à ses descendants. Tel serait cependant le résultat de l'interprétation que, dans sa dépêche du 22 septembre, lord Palmerston voudrait donner de ce traité. Jamais une telle interprétation n'a été jusqu'à ce jour, je ne dirai pas admise, mais seulement conçue et présentée. Les faits la repoussent aussi hautement que les textes. Jamais le traité...
Page 53 - ... voce, rédiger pour Bresson une instruction catégorique, qui, tout en rendant impossible soit l'aveu, soit le renouvellement de l'incartade qu'il nous a faite, donnerait à l'affaire du mariage d'aussi bonnes chances que le comportent encore le passé et le présent. Il ne faut pas se dissimuler que le coup de tête de Bresson ya ajouté (selon moi, sans aucune utilité) un embarras fort regrettable.
Page 39 - Dégagé, affranchi, vous l'êtes mille fois, par les procédés des agents anglais. Je ne prétends pas diminuer vos regrets de la retraite de lord Aberdeen ; mais permettez-moi de vous faire remarquer, qu'il n'a jamais empêché le mal, qu'il s'est borné à vous en avertir quand il était fait....
Page 39 - Riansarès et moi , s'il ne serait pas à propos de le changer de garnison et de l'appeler à Madrid avec son régiment. Sans trop d'insistance, sans forcer précisément son inclination, on tâcherait d'habituer la reine à sa voix et à ses hanches, et nous sortirions d'embarras, par le chemin certainement le plus court et le plus facile. Dieu le veuille ! En attendant, il n'ya plus de danger imminent du Cobourg. M. Mon continue de m'assurer qu'on n'a reçu encore aucune réponse de la famille....
Page 42 - Il résulte de tout cela qu'un désaveu formel est indispensable. Comment le faire est la seule question à examiner; mais je n'ai jamais trompé personne, et je ne commencerai pas aujourd'hui à laisser tromper qui que ce soit sous mon nom. Le donner...

Bibliographic information