Nouveau manuel complet fabricant de couleurs et de vernis: contenant tout ce qui a rapport a ces différents arts (Google eBook)

Front Cover
Roret, 1850 - Paint - 354 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 14 - par des lavages, ainsi que cela se pratique encore aujourd'hui, de tous les principes qui en altèrent la finesse ou la pureté. Comme cette substance passe au rouge par la calcination à un feu modéré, la couleur jaune qu'elle a conservée sans altération, semble à M. Chaptal devoir fournir une nouvelle preuve que les cendres
Page 104 - parties de cette dernière (silice anhydre) une quantité d'hydrate d'alumine, qui contient 70 parties d'alumine sèche : on l'ajoute à la dissolution de la silice et on évapore le tout ensemble en remuant constamment jusqu'à ce qu'il ne reste qu'une poudre humide.
Page 104 - On se procure de l'hydrate de silice et d'alumine : le premier, en fondant ensemble du quartz bien pulvérisé avec quatre fois autant de carbonate de potasse, en dissolvant dans l'eau la masse fondue, et la précipitant par de l'acide
Page 16 - fait connaître une préparation de ce dernier, qui permet de l'employer à l'huile. Mais la cendre bleue n'a ni l'éclat, ni la solidité de la couleur des anciens, et l'azur et l'outremer sont d'un prix très-supérieur à celui d'une composition dont les trois éléments
Page 16 - sont de peu de valeur. M. Chaptal pense donc qu'il serait bien intéressant de rechercher les procédés de fabrication de cette couleur bleue. » Le numéro six est un sable d'un bleu pâle, mêlé de quelques petits grains blanchâtres. L'analyse ya fait découvrir les
Page 104 - le second , en précipitant une solution d'alun pur par de l'ammoniaque. Ces deux terres doivent être lavées soigneusement avec de l'eau bouillante. Après cela on détermine la quantité de terre sèche de ces deux hydrates , en faisant chauffer au rouge une certaine quantité
Page 14 - Le numéro trois fut reconnu être un brun-rouge de même nature que celui qui est aujourd'hui dans le commerce, et qui est employé pour les enduits rougeâtres et grossiers qu'on applique sur les futailles dans les ports de mer, et sur les portes, fenêtres et carreaux de quelques habitations. Cette couleur est produite par la calcination de l'ocre jaune dont
Page 101 - bleus, qui n'exigent alors d'autre opération que de les broyer finement et avec beaucoup de propreté avant de les faire sécher. Cette opération est fondée sur la propriété qu'a le bleu d'outremer d'être moins adhérent au mastic que les matières étrangères qu'il contient.
Page 12 - du carbonate de cuivre* Parmi les substances trouvées dans les bains de Titus, il y avait quelques masses d'un vert de couleur d'herbe. Sir Davy crut d'abord que c'étaient des échantillons de chrysocolle native, mais il reconnut ensuite que c'était du carbonate de cuivre. Il s'y trouvait des noyaux
Page 9 - la couleur décrite par Théophraste, laquelle avait été découverte par un roi d'Egypte, et dont la manufacture était, dit-on, établie anciennement à Alexandrie. Pline parle d'autres bleus, qu'il appelle des espèces de sables (arcnœ), et qu'on tirait des mines d'Egypte, de Scythie et de Chypre. Sir Davy regarde comme probable que ces bleus naturels étaient différentes préparations de

Bibliographic information