Revue des traditions populaires, Volume 18 (Google eBook)

Front Cover
École typographique des pupilles de la Seine, 1903 - Folklore
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 168 - Dieppe et vice-versa comportent des voitures de lre et de 2e classe à couloir avec W.-C. et toilette ainsi qu'un wagon-restaurant; ceux du service de nuit comportent des voitures à couloir des trois classes avec W.-C. et toilette.
Page 606 - Francfortsur-le-Mein, qui doit son origine à 36 familles de huguenots français émigrés à la suite de la révocation de l'édit de Nantes, le français est encore la langue de la moitié environ de 1.200 individus qui l'habitent.
Page 540 - Ils enlèvent, pour cet effet, diverses couches de sable et de gravier, jusqu'à ce qu'ils trouvent une espèce de pierre qui ressemble à de l'ardoise, et que l'on sait être précisément au-dessus de ce qu'ils appellent Bahar tâht el Erd ou la Mer au-dessous de la terre, nom qu'ils donnent à l'abîme en général.
Page 355 - ... du Calumet ; il les fit donc assembler et les ayant preschez, il leur fit voir des colliers qu'il avoit préparez pour mette au col de ceux qui se voudroient enroller dans sa confrairie, leur faisant entendre que ce collier les distingueroit et leur serviroit de lettres de noblesse à la Francoise, et il avoit attaché à chaque collier, pour médaille, un louis d'or. Il y en eut beaucoup qui s'enrollèrent, et la cérémonie fut de leur donner à chacun une pipe bénite et du tabac bénit. Ils...
Page 154 - Et il mit les verges qu'il avait pelées, au-devant des troupeaux dans les auges et dans les abreuvoirs où les brebis venaient boire, et elles entraient en chaleur quand elles venaient boire. 39 Les brebis donc entraient en chaleur à la vue des verges, et elles faisaient des brebis marquetées, picotées et tachetées. 40 Et Jacob partagea les agneaux, et fit que les brebis...
Page 141 - ... portes, s'enfonçaient sous la terre. Le quatrième s'écoulait à la surface du sol : c'était le Nil. H'âïd but de son eau et prit un peu de repos ; puis il s'approcha de la muraille et tenta de l'escalader. Mais un ange lui apparut et lui dit : « N'avance pas plus loin, ô H'âïd ; tu as acquis maintenant la science complète du Nil, et ce lieu clos est le Paradis.
Page 3 - ... plus jeune des trois frères, et des vues qu'il avoit sans doute en acceptant ce qu'il lui avoit donné. Ce Prince irrité envoya après eux des cavaliers pour les tuer. Il ya dans ce pays un fleuve , auquel les descendans de ces hommes d'Argos offrent des sacrifices comme à leur libérateur. Lorsque les Téménides l'eurent traversé, il grossit tellement , que les cavaliers ne purent le passer. Arrivés dans...
Page 250 - Ille-et-Yilaine, la vipère qui a mordu va boire ; si le blessé peut boire avant elle, il est sauvé; dans le Finistère, elle meurt si elle n'a pu le devancer; si elle l'a prévenu, c'est lui qui succombe*. Suivant une formulette franc-comtoise, on guérit la morsure de l'orvet en enlevant...
Page 140 - ... et qui était en train de prier sous un arbre couvert de fruits. Il alla à lui, le salua et l'homme lui dit : Qui es-tu ? — Je suis, répondit-il, H'aïd, (ils d'Abou Sâloum, fils d'Esaii, fils d'Abraham.
Page 274 - Qui s'était tristement assise sur le seuil, Retenant dans ses yeux la larme qui les mouille, Pour bercer son enfant et filer sa quenouille. Non loin d'elle, cachés par des figuiers touffus, Le Maître et son ami voyaient sans être vus. Soudain, un de ces vieux, dont le tombeau s'apprête, Un mendiant, portant un vase sur sa tête, Vint à passer, et dit à celle qui filait : " Femme, je dois porter ce vase plein de lait Chez un homme logé dans le prochain village, Mais, tu le vois, je suis faible...

Bibliographic information