La Tuberculose et la médication créosotée (Google eBook)

Front Cover
Maloine, 1901 - Tuberculosis - 318 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 300 - ... de se combiner avec de nouvelles quantités de bases, possèdent aussi la propriété de ramener au bleu la teinture de tournesol rougie par un acide. « Les caractères d'acidité ou d'alcalinité tirés de l'action des corps sur le tournesol sont donc bien loin de posséder une valeur absolue. La matière colorante du tournesol est un acide faible (acide lithmique ou azolithmique) qui est rouge et donne avec les bases fortes des sels bleus. Lorsque le tournesol rouge est bleui par un sel, cela...
Page 301 - Influence des proportions d'acides sur la circulation. — L'excès d'acidité urinaire résulte nécessairement d'un excès d'acidité du sang par la formation, dans l'économie, d'acides organiques qui n'ont pas été brûlés. Or, l'hyperacidité du sang a pour effet d'augmenter sa viscosité et, par suite, de gêner sa circulation qui subit de ce fait, un certain ralentissement ayant pour conséquence une diminution des oxydations et des échanges et un certain ralentissement de la nutrition....
Page 300 - L'alcalinité apparente du sang est due, uniquement, à des bicarbamates les seuls sels à réaction alcaline sur le tournesol capables de coexister avec l'acide carbonique libre. Le sang est donc, en réalité, un liquide à propriétés chimiques acides puisqu'il contient des sels acides et même un acide libre : l'acide carbonique. M. Gautrelet est le premier auteur qui en ait fait la judicieuse remarque (1).
Page 300 - ... bleus. Lorsque le tournesol rouge est bleui par un sel, cela prouve simplement que l'acide lithmique, plus fort que l'acide du sel expérimenté, le déplace et forme un sel bleu avec sa base. C'est ce qui arrive pour les bicarbonates, les biborates et les phosphates alcalins bibasiques. En 1776, Rouelle avait affirmé que l'alcalinité du sang était due à de la soude. On l'a ensuite attribuée à la présence d'une petite quantité de phosphate trisodique. Mais depuis les travaux de Fernet,...
Page 304 - Telles sont, par exemple, la cachexie goutteuse, toutes les maladies consomptives, le rachitisme, certaines néphrites, les gravelles phosphatique et oxalique, la . dyspepsie hyperchlorhydrique, les varices, les hémorroïdes et beaucoup de dermatoses, entre autres l'eczéma. La grande famille des maladies par ralentissement de la nutrition, décrite par M. Bouchard, devra être divisée en deux branches parce que la nutrition peut se trouver ralentie de deux façons bien différentes : 1° par diminution...
Page 309 - ... par suite, de relever l'acidité urinaire. Cette acidité étant due principalement au phosphate acide de soude, nous avons pensé que l'acide le plus convenable pour atteindre le but envisagé était l'acide phosphorique. Il fallait, en effet, un acide minéral, car tout acide organique eût été détruit par oxydation et n'aurait pu laisser définitivement que de l'eau et de l'acide carbonique. Or les acides (sulfurique, chlorhydrique ou nitrique) ne peuvent agir qu'en mettant de l'acide phosphorique...
Page 303 - Joulie (2)ique diverses maladies rattachées par les auteurs à la diathèse arthritique' ou hyperacide parce qu'elles en sont très fréquemment les conséquences, dépendent, au contraire de l'hypoacidité. Telles sont, par exemple, la cachexie goutteuse, toutes les maladies consomptives, le rachitisme, certaines néphrites, les gravelles phosphatique et oxalique, la dyspepsie hyperchlorhydrique, les varices, les hémorrhoïdes, et beaucoup de dermatoses, entre autres l'eczéma.
Page 132 - ... plus tôt à la stérilisation prompte et complète des sécrétions broncho-pulmonaires, qui sont si directement influencées par le gaïacol, dont l'élimination principale se fait par les voies respiratoires. Nous avons donc institué une gaïacolisation intensive de nos malades par l'introduction de ce médicament par toutes les voies disponibles. a. Journellement un petit lavement d'un quart de verre de lait additionné de 40 à 50 gouttes de notre huile gaïacolée, précédé naturellement...
Page 133 - ... la fièvre, les sueurs nocturnes, la diarrhée et l'affaiblissement général. Nos observations dont le nombre dépasse aujourd'hui le chiffre de 500 sont très instructives au point de vue des différents effets sur les symptômes que nous venons d'énumérer, car l'action du gaïacol dans certains cas particuliers a été surprenante de promptitude et d'efficacité. La gaïacolisation intensive nous semble indiquée dans toutes les formes de tuberculose pulmonaire, dans les bronchites chroniques...
Page 308 - ... diminuer, si possible, l'alcalinité exagérée du sang, d'atténuer l'intensité des oxydations et, par suite, de relever l'acidité urinaire. Cette acidité étant due principalement au phosphate acide de soude, nous avons pensé que l'acide le plus convenable pour atteindre le but envisagé était l'acide phosphorique. Il fallait, en effet, un acide minéral, car tout acide organique eût été détruit par oxydation et n'aurait pu laisser définitivement que de l'eau et de l'acide carbonique....

Bibliographic information