Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
E. Senécal, 1886 - Canada
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page xxii - Quand la France peuplait ces rivages nouveaux, Que d'exploits étonnants, que d'immortels travaux, Que de légendes homériques, N'eurent pour tous héros que ces preux inconnus, Soldats et laboureurs, cœurs de bronze, venus Du fond des vieilles Armoriques ! Le temps les a plongés dans son gouffre béant. . . Mais d'exhumer au moins...
Page xxii - Ils furent grands pourtant, ces paysans hardis Qui, sur ces bords lointains, défièrent jadis L'enfant des bois dans ses repaires, Et perçant la forêt l'arquebuse à la main, Au progrès à venir ouvrirent le chemin. . . Et ces hommes furent nos pères...
Page v - Le premier volume comprenait les commencements de la NouvelleFrance de 1608 à 1700 ; les matériaux réunis aujourd'hui compléteront l'époque de la domination française. Mais tandis qu'un seul volume a suffi pour l'histoire généalogique de toutes les familles françaises, établies en ce pays avant 1700, trois volumes suffiront à peine pour rendre compte de l'accroissement naturel de ces familles, sans parler des nouvelles recrues faites pendant les soixante dernières années de la période...
Page xxii - Mais, dans les rangs pressés de ce groupe charmant, D'un regard anxieux je cherche vainement, Quel que soit le livre que j'ouvre, Tous ces héros obscurs qui, pour ce sol naissant, Versèrent tant de fois leurs sueurs et leur sang, Et qu'aujourd'hui l'oubli recouvre. Ils furent grands pourtant, ces paysans hardis Qui, sur ces bords lointains, défièrent jadis L'enfant des bois dans ses repaires, Et perçant la forêt l'arquebuse...
Page xxii - D'un regard anxieux, je cherche vainement, Quel que soit le livre que j'ouvre, Tous ces héros obscurs qui, pour ce sol naissant, Versèrent tant de fois leurs sueurs et leur sang, Et qu'aujourd'hui l'oubli recouvre. Ils furent grands pourtant, ces paysans hardis Qui, sur ces bords lointains, défièrent jadis L'enfant des bois dans ses repaires, Et perçant la forêt l'arquebuse à la main, Au progrès à venir ouvrirent le chemin.
Page xiv - Ferland, fut une grande perte pour la colonie, car ce fut lui qui après Champlain, avait pris la plus grande part à l'établissement de Québec, et à l'avancement de la Nouvelle-France. "Ça " été, dit Champlain, le premier chef de famille résidant au " pays qui vivait de ce qu'il cultivait.
Page xxi - ... Empereurs, potentats, capitaines fameux, Chefs d'un jour surnageant sur les flots écumeux Des déchaînements populaires, Eclatante victoire ou drame ensanglanté,— Grands hommes ou hauts faits ont seuls droit de cité Dans ses annales séculaires. Quand Turenne, frappé d'un boulet de canon, Rend l'âme au champ d'honneur, elle redit son nom, Et va s'incliner sur sa tombe : Elle donne des pleurs au général mourant ; Mais passe sans regrets, d'un pas indifférent, Devant l'humble conscrit...
Page xiv - Elle fut baptisée, non par un prêtre français, mais par un anglais, qui était probablement le ministre; car, pendant que les Kerik demeurèrent les maîtres de Québec, il n'y eut point de prêtre à Québec, et lorsque le P.
Page iv - Enregistré conformément à l'Acte du Parlement du Canada, en l'année mil huit cent quatre-vingtsix, par le DE ELZÉAE FAQUIN, au Bureau du Ministre de l'Agriculture à Ottawa.
Page xxi - Le pic au front altier lui cache le sillon ; Elle n'aperçoit point le timide oisillon Qui bâtit son nid dans les seigles; Son fier regard qui va de sommets en sommets, Toujours tourné là-haut, ne s'arrête jamais Qu'à regarder voler les aigles. Empereurs, potentats, capitaines fameux, Chefs d'un jour, surnageant sur les flots écumeux Des déchaînements populaires, Eclatante victoire on drame ensanglanté, Grands hommes ou hauts faits ont seuls droit de cité Dans ses annales séculaires.

Bibliographic information