Le commerce et le gouvernement (Google eBook)

Front Cover
l'Imprimerie de Ch. Houel, 1798
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 10 - D'après cette utilité, nous l'estimons plus ou moins ; c'est-à-dire que nous jugeons qu'elle est plus ou moins propre aux usages auxquels nous voulons l'employer. Or, cette estime est ce que nous appelons valeur.
Page 2 - ... les principes de la science économique. Dans la seconde , je fais d'autres suppositions , pour juger de l'influence que le commerce et le gouvernement doivent avoir l'un sur l'autre. Dans la troisième , je les considère tous deux d'après les faits, afin de m'appuyer sur l'expérience autant que sur le raisonnement.
Page 131 - Il arrivera de là que la valeur des choses nécessaires sera toujours mieux appréciée que la valeur des choses superflues ; et ces valeurs ne seront point en proportion l'une avec l'autre. Le prix des choses nécessaires sera très-bas par comparaison au prix des choses superflues, parce que tout le monde est intéressé à les apprécier au plus juste. Au contraire, le prix des choses superflues sera très-haut par comparaison au prix des choses nécessaires , parce que ceux-mémes qui les achètent...
Page 11 - Or, puisque la valeur des choses est fondée sur le besoin, il est naturel qu'un besoin plus senti donne aux choses une plus grande valeur , et qu'un besoin moins senti leur en donne une moindre. La valeur des choses croît donc dans la rareté, et diminue dans l'abondance. Elle peut même , dans l'abondance, diminuer au point de devenir nulle.
Page 155 - ... vente ; que dans ce négoce l'argent est la seule marchandise qui s'achète et qui se vend, et que les banquiers ne sont que des marchands d'argent. Il est essentiel de ne voir dans les choses que ce qu'il ya , si on veut en parler avec clarté et précision.
Page 509 - ... maxime que les impôts ne doivent être mis que sur le produit net des terres, et on évaluait ce produit de la manière la plus favorable aux cultivateurs. Un fermier savait ce qu'il devait payer. Assuré qu'on ne lui demanderait jamais au delà, il vivait dans l'aisance.
Page 211 - ... que, lorsqu'il est à un prix excessif, ils se mettent à un prix trop bas. Dans le premier cas, comme il faut peu gagner pour avoir de quoi acheter du pain, plusieurs passent des jours sans travailler. Au contraire, dans le second tous demandent à l'envi de l'ouvrage, ils en demandent tous les jours, et ils s'offrent au rabais. Encore plusieurs s'offrent-ils inutilement. Les cultivateurs, qui se ressentent des pertes qu'ils ont faites, ne sont pas assez riches pour faire travailler tous ceux...
Page 15 - Car la valeur est moins dans la chose que dans l'estime que nous en faisons, et cette estime est relative à notre besoin : elle croît et diminue comme notre besoin croît et diminue lui-même.
Page 548 - Effets du luxe , lorsqu'il consiste dans des choses qu'on tire de son sol et de son industrie. Trois sortes de luxe. Luxe de magnificence. Luxe de commodités. Luxe de frivolités. Combien il faut raisonner mal pour les juger utiles. C'est dans la simplicité des mœurs uniquement qu'une nation peut trouver l'abondance , la puissance et le bonheur. Autrefois le luxe étoit plus tolérable en Asie qu'il ne l'est aujourd'hui en Europe.
Page 1 - Il semble qu'on devroit commencer par faire cette langue : mais on commence par parler et par écrire , et la langue reste à faire. Voilà où en est la science économique, dont l'objet est celui de cet ouvrage même. C'est, entre autres choses, à quoi on se propose de suppléer.

Bibliographic information