Du chancre produit par la contagion des accidents secondaires de la syphilis (Google eBook)

Front Cover
Delahaye, 1861 - Syphilis - 129 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 20 - Peu de. temps après la mort de l'enfant, la nourrice accusa de la céphalalgie et de la douleur dans la gorge ; des ulcérations se formèrent sur ses seins. Divers médicaments lui furent prescrits, mais elle se détermina à entrer dans un hôpital, où on la fit saliver, et dont elle fut renvoyée au bout de quelques mois, sans être guérie. Les os du nez et du palais s'exfolièrent, et quelques mois après, elle mourut dans un état de consomption. De tous les agents thérapeutiques qui furent...
Page 79 - Il n'entre pas dans le plan que je me suis tracé de suivre l'institution des Consulats , après qu'elle a perdu le caractère municipal qui a dominé à son origine.
Page 20 - ... dans le même temps, de douleurs lancinantes qui se faisaient sentir dans diverses régions, et auxquelles succéda, sur les bras, sur les jambes et sur les cuisses, une éruption de plaques dont plusieurs devinrent des ulcères. La malade fut alors soumise à un traitement mercuriel , et à l'usage de la salsepareille en décoction. On essaya le mercure sous des formes diverses: à l'intérieur en solution et en pilules; à l'extérieur sous forme d'onguent. On ne put en continuer l'emploi qu'un...
Page 111 - Laufranc ordonnait de laver la verge avec de l'eau vinaigrée, non pour se préserver 8e la syphilis qui, à cette époque, n'existait pas encore en Europe, mais comme moyen prophylactique contre les affections non virulentes des organes génitaux, qui, de tout temps, ont pris naissance à la suite de rapports avec des femmes malpropres ou malsaines : « Si »quis vult membrum ab omni corruptione servare, »cum recedit a muliere quam habet suspectam de »immunditia, lavet illud cum aqua aceto mixta.
Page 19 - Au bout de six semaines environ, le mamelon du sein gauche commencaàs'emflammer, et les glandes de l'aisselle se tuméfièrent. Quelques jours après, il se forma autour du mamelon plusieurs petits ulcères qui, s'étendant rapidement, communiquèrent bientôt ensemble et n'en formèrent plus qu'un ; à la fin, la totalité du mamelon fut détruite. La tumeur de l'aisselle se dissipa, et l'ulcère de la mamelle se cicatrisa dans l'espace d'environ trois mois à partir de son début. Vers cette époque,...
Page 20 - Peu de temps après la mort de l'enfant, la nourrice accusa de la céphalalgie et de la douleur dans la gorge; des ulcérations se formèrent sur ses seins. Divers médicaments lui furent prescrits, mais elle se détermina à entrer dans un hôpital, où on la fit saliver, et dont elle fut renvoyée, au bout de quelques mois, sans être guérie. Les os du nez et du palais s'exfolièrent, et, quelques mois après, elle mourut dans un état de consomption.
Page 20 - La malade resta dans ces conditions jusqu'au 16 mars 1779, époque à laquelle elle accoucha d'un autre enfant qui était dans un état morbide. Cet enfant fut confié aux soins d'une nourrice et vécut environ neuf semaines ; son épiderme se détachait dans plusieurs points, et une éruption squameuse couvrait tout son corps.
Page 84 - Entrons dans une nouvelle voie d'amélioration; marchons-y avec les lumières de l'expérience, et en constatant le bien déjà fait, voyons quel est celui qui nous reste à opérer. Pour atténuer présentement les ravages de la syphilis et la faire disparaître probablement par la suite , la première, la plus indispensable des conditions est de surveiller la santé des individus qui se trouvent dans les conditions les plus favorables pour la propager : ces individus sont évidemment les prostituées.
Page 111 - Si vero quis cum infecta muliere coire voluerit, quod fatuum est, lavetur vulva cum vino aut aceto et membrum virile cum aceto, quoniam non sinit imprimere malam illam qualitatem et non moretur in coitu; et post lavetur membrum virile ut supra. et e contra, si mulier cum viro infecto coiverit, lavet viri membrum et vulvam, ante et post coitum, et non morentur in coitu.

Bibliographic information