Institutiones géologiques, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
A l'Imprimerie impériale et royale, 1818 - Geology
1 Review
  

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

GB 116

Common terms and phrases

Popular passages

Page 411 - Les cinq espèces de mastodontes peuvent seules être considérées comme formant un genre particulier, et inconnu , mais approchant de celui de l'éléphant. Toutes les autres espèces appartiennent à des genres qui subsistent encore aujourd'hui dans la zone torride. Trois de ces genres ne se trouvent vivans que dans l'ancien continent , savoir , les rhinocéros , les hippopotames et les éléphans. Le quatrième , celui des tapirs , n'existe que dans le continent qu'on appelle le Nouveau Monde....
Page 381 - ... trouve maintenant, doivent y avoir été transportés par des inondations ainsi que des cadavres qui flottent au gré des ondes : ce qui le démontre, c'est leur état de mutilation , c'est le désordre qu'on remarque dans leur gisement. Cette seconde classe de fossiles appartient à une époque plus ancienne. La troisième classe est celle des fossiles équivoques ; Blumenbach a donné ce nom aux fossiles qui présentent toujours quelques différences lorsqu'on les compare à leurs analogues...
Page 423 - ... tité , ou enfin dans des eaux chargées de o,o2 » de sulfate de fer; et que les mollusques ma» rins périssent également lorsqu'on les plonge » subitement dans l'eau douce ; 2.° que dans » l'espace de très-peu de temps , beaucoup de » mollusques fluviatiles peuvent être habitués petit » à petit à vivre dans l'eau portée au degré de » salure ordinaire des mers , et que beaucoup » de mollusques marins peuvent être de même » habitués a vivre dans l'eau douce ; 3.° que •»...
Page 340 - Cuvier a déterminés, savoir, par les dents molaires plus larges , parallèles , marquées de festons plus étroits ; par la forme plus obtuse de la mâchoire inférieure, et surtout par la longueur des alvéoles de ses défenses. Ce dernier caractère , dit Cuvier , devait modifier singulièrement la figure et l'organisation de sa trompe , et lui donner une physionomie très-différente de celle de l'espèce indienne avec laquelle elle avait d'ailleurs beaucoup d'analogie par la ressemblance des...
Page 307 - ... mais en observant ces petits cylindres dans leur structure, on n'y remarque ni tuyaux ni étoiles , comme dans les productions marines de, cet ordre. Quelquefois ces cylindres sont parallèles entre eux , et forment un faisceau ; quelquefois aussi ils partent en divergeant d'un ou de plusieurs centres communs. Dans ce dernier cas, les interstices sont occupés par une marne endurcie, d'un blanc grisâtre.
Page 403 - ... que certains fossiles qui abondent dans les couches les plus basses , se trouvent en quantité successivement moindre dans les couches supérieures , et finissent par disparoître totalement dans les couches les plus récentes ; 3.° que d'autres fossiles très-communs dans une certaine couche, deviennent très-rares...
Page 232 - Cniseo, qui est chargé de muriate de soude et exhale de l'hydrogène sulfuré, jusqu'à la ville de Valladolid, sur une étendue de terrain de quarante lieues carrées , il ya une grande quantité de sources chaudes qui ne contiennent généralement que de l'acide muriatique. Que si l'on veut admettre avec Davy, que l'acide muriatique résulte de l'hydrogène combiné avec le principe qu'il a appelé...
Page 381 - ... les poissons et les testacés fossiles qu'on trouve dans les couches calcaires , marneuses , sablonneuses de toute l'Europe. Il paroît qu'un grand nombre de ces fossiles ont leurs types dans les mers des Indes orientales ; leur état de conservation écarte toute idée d'une inondation qui les ait transportés des régions éloignées , dans le lieu où ils sont à présent. A la quatrième classe, se rapportent les fossiles qui ne peuvent appartenir qu'à l'époque la plus reculée de l'existence...
Page 25 - Les nébulosités qui les environnent, et les longues queues qu'elles traînent après elles ? sont le résultat de la vaporisation des fluides, à leur surface : le refroidissement qui en est la suite , doit tempérer l'excessive chaleur due à leur proximité du soleil ; et la condensation des mêmes fluides...
Page 38 - Journal des mines, n.° 4.7 , on donne une description plus précise de cette roche ; on la rapporte aux porphyres et l'on assure que la substance qui forme la base de ce porphyre , est un feld-spath à grain fin , qui souvent en se décomposant , passe à l'état d'argile endurcie , surtout près de la superficie de la terre et au voisinage du filon. Cette substance contient, i.° des cristaux d'amphibole en prismes à huit plans dont les deux opposés sont plus larges que les autres ; 2.° du mica...

Bibliographic information