Revue de l'Orient: bulletin de la Société Orientale (Google eBook)

Front Cover
Société orientale, 1845 - Middle East
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 71 - Mais ceux qui en ont ta garde, ont soin de dire que le premier qui le verra sera frappé de mort. La vue n'en est permise qu'au roi seul , enfant bien-aimé de Maoui. * Lorsque nous les interrogeons sur l'origine de leurs divinités, ils balbutient quelques mots, puis finissent par dire : « Nous n'en savons rien, nous faisons comme nos pères.
Page 355 - L'homme du peuple a beaucoup à souffrir des injustices et des spoliations des djouad ; ceux-ci cherchent à faire oublier ces mauvais traitements et à maintenir leur influence en accordant généreusement l'hospitalité et leur protection à ceux qui la réclament. Du...
Page 355 - ... a souvent suffi pour garantir de toute atteinte les voyageurs ou les caravanes. Bien .des fois encore ils ont, le Koran en main, prêché la guerre contre les infidèles. Ces exemples suffisent pour- démontrer que leur influence s'étend sur les questions religieuses et politiques ; elle est d'ailleurs, d'autant mieux assurée, que l'exercice du culte, l'explication des livres saints, la consécration de toutes choses, mettent les marabouts en relation continuelle et intime avec les musulmans....
Page 356 - Vaâchour ou la dîme: toutefois ce tribut n'a jamais eu de caractère obligatoire devant la justice. Les zaouya sont commandées par l'homme le plus influent de la famille des marabouts ; l'exercice de l'hospitalité envers tous les voyageurs et les étrangers musulmans est un des premiers devoirs de sa position, les criminels...
Page 211 - dès que deux musulmans témoignent qu'ils ont entendu cette profession de foi, on est contraint d'opter entre l'islamisme et la mort; et souvent des pièges sont perfidement tendus à la simplicité des râlas.
Page 155 - ... d'où les fondateurs de Turaphylum tiraient-ils ces pierres? les environs ne donnent aucun indice de carrières. Deux Européens, qui sont maintenant naturalisés à Tougourt, et dont nous parlerons tout à l'heure, disent avec orgueil à leurs nouveaux compatriotes : « Nos ancêtres étaient là avant vous ; ce sont eux qui ont bâti votre ville. » « Les habitants de Tougourt sont de sang mêlé, « c'est, dit Léon l'Africain, qu'ils se joignent avec des esclaves noires. » Ajoutons que...
Page 73 - Dieu tient dans ses mains le cœur des peuples et des rois. « Ici la cuisine est toujours en commun ; c'est assez d'apercevoir la fumée d'un banquet pour avoir droit d'y prendre place. Quelqu'un prépare-t-il un mets, tout le quartier en est informé', et il est de bon ton que celui-là seul qui l'a apprêté, n'en goûte point. Si l'on veut faire cadeau d'un porc ou d'un autre animal , on vous le donne , on le tue , on le mange ; il ne vous reste que l'honneur de régaler vos voisins. Je vous...
Page 162 - Les palmiers-dattiers venus de semis sont généralement inféconds et d'une venue beaucoup moins belle que ceux plantés de bouture ; c'est donc ce dernier mode de reproduction qui est adopté. Quand un palmier est parvenu à une hauteur de sept à huit pieds, il jette des scions que l'on détache et que l'on pique dans une terre préparée ; on les arrose à grandes eaux et constamment, au moyen de rigoles. A six ou sept ans l'arbre s'élève à une hauteur de huit ou dix pieds et commence à donner...
Page 157 - Kasbah, espèce de château-fort attenant aux murailles de sa ville. Pour arriver jusqu'à la cour intérieure de ce que nous appellerons son palais, il faut franchir sept portes, à chacune desquelles veillent deux nègres armés. C'est là que sont renfermées ses richesses, fort exagérées sans doute, ses quatre femmes légitimes et ses cent concubines. Un...
Page 72 - ... ou de cannes à sucre, est un crime que les esprits punissent de mort. Personne, s'il n'est grand chef ou ami des dieux, ne peut manger une tortue ou tout autre objet estimé dans le pays. Cependant ces idées s'en vont, et les jeunes gens surtout les méprisent. Les vieillards seuls font résistance. «Les dieux que les missionnaires nous annon«cent, disent-ils, sont bons sans doute, mais les nôtres ne le sont pas moins, «puisque ce sont eux qui font croître les ignames, les cocos, et surtout...

Bibliographic information