Souvenirs d'un amiral, Volume 1 (Google eBook)

Front Cover
L. Hachette, 1860 - Voyages and travels - 1 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 78 - joint à tout ceci, ajoutait mon digne maître, une parfaite connaissance des calculs de la longitude des vaisseaux à la mer par la distance de la lune au soleil ou à une étoile. » C'est avec ce mince bagage scientifique que je suis arrivé au grade d'officier général, que j'ai commandé des vaisseaux et des escadres.
Page 9 - de notre ville natale : ma grand'mère et une de nos tantes s'étaient chargées de pourvoir aux frais de son éducation ; de rapides progrès lui permirent de venir bientôt se joindre à nous, et dès son arrivée à Rochefort, il fut employé dans les bureaux de la marine avec un traitement de trois cents francs.
Page 82 - qui n'avaient jamais été destinées au rôle pompeux qu'un caprice du sort les appelait inopinément à jouer. Lorsqu'elles remplissaient les devoirs de la condition modeste pour laquelle un prudent constructeur les avait mises au monde, elles s'appelaient l'Abondance et le GrosVentre. En changeant de fortune, elles firent comme tant
Page 9 - francs. Le travail et une sévère économie éloignèrent peu à peu la gêne de notre intérieur. Tout était en commun entre nous : moi-même , j'apportais à la masse les dix francs de solde qui m'étaient alloués en qualité de mousse
Page 60 - de chances de prospérer; ce projet ne fut pas accueilli, et Malemba n'a point encore vu d'autre établissement européen que les barracons des marchands d'esclaves espagnols, brésiliens et portugais. Du reste, en refusant de prêter l'oreille aux suggestions du capitaine Adams, le gouvernement britannique me paraît avoir fait acte de sagesse. Fonder des colonies
Page 34 - Rebutés enfin par tant d'efforts inutiles, nous renonçâmes à gagner le port de Brest, et nous vînmes mouiller sur la rade de l'île d'Aix, d'où la chaloupe et le grand canot furent expédiés à Rochefort.. Un grand nombre de personnes obtinrent la permission de profiter du départ de ces embarcations, et j'y fus compris.
Page 39 - appris sur une frégate du roi à protéger la traite avant de la faire moi-même sur un bâtiment du commerce. Il ne faut donc pas s'étonner si je n'éprouvais pas pour cet odieux trafic la profonde répugnance que tout cœur bien né ressentirait aujourd'hui. Les nègres n'avaient pas encore trouvé à la fin du
Page 2 - ces leçons. Il ne reste plus aujourd'hui qu'à réconcilier notre jeune marine avec ses ancêtres et à lui montrer qu'à côté des grands événements qui tournèrent contre nous, il s'accomplit une foule de faits d'armes dont nous pouvons invoquer les souvenirs à notre avantage. Les combats isolés ont rarement assez d'importance pour avoir leur
Page 315 - Toute carrière militaire présente deux phases distinctes. Dans la première, on obéit à l'impulsion d'autrui; dans la seconde, il faut prendre conseil de soi-même. Où la responsabilité commence, le zèle ne peut plus suffire. Si l'esprit fléchit sous ce fardeau, il faut se résigner aux rôles subalternes. Dans la marine on subit cette épreuve
Page 14 - ils étaient subordonnés au maître d'équipage , au maître pilote et au maître canonnier. Après six ans de navigation, s'ils préféraient la carrière de la marine marchande à celle de la marine royale, ils pouvaient être reçus capitaines au long cours à l'âge de vingt-trois ans, le roi ayant daigné déroger en leur faveur aux

Bibliographic information