Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie (Google eBook)

Front Cover
1 Review
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 305 - Vienne, qui était la métropole de ce peuple, « quelques-uns de leurs capitaines pour main« tenir, par leur présence, la bonne intelligence « de cette nation avec la leur. Ce pays était si « connu des Carthaginois, du temps même d'A« lexandre , que le nom de Rhône fut imposé par « eux à Amilcar pour gratifier notre nation (i). » Quand les Romains les inquiétèrent, quatrevingt-quatre ans plus tard, les Allobroges se montrèrent comme une nation puissante et formidable ; ils firent...
Page 114 - ... continuelle ; bientôt ils succomberaient s'ils n'avaient en eux un principe permanent de réaction. Ce principe est celui de la vie; inconnu dans sa nature, il ne peut être apprécié que par ses phénomènes : or, le plus général de...
Page 50 - L'humus est une partie constituante plus ou moins considérable du sol. La fécondité du terrain dépend, à proprement parler, entièrement de lui ; car, si l'on en excepte l'eau, c'est la seule substance qui, dans le sol, fournisse un aliment aux plantes... Comme l'humus est une production de la vie, de même aussi il en est la condition. Il donne la nourriture aux corps organisés ; sans lui, il ne saurait y avoir une vie individuelle, tout au moins pour les animaux et pour...
Page 120 - Il avait une inflammation de poumon avec délire, et outre cela il a la pierre dans les reins et dans la vessie. Après les saignées, je l'ai purgé quatre bonnes fois avec du séné et du sirop de roses pâles, dont il a été si merveilleusement soulagé que cela tient du miracle, et il semble qu'il est rajeuni.
Page 410 - IN SAVOJA, ossia Descrizione degli Stati Oltramontani di SM il Re di Sardegna , per Davide BERTOLOTTI ; 2 vol. in-8°. Envoyé par M. le Chevalier et Président FALQUET, Premier Secrétaire d'Etat pour les affaires de l'Intérieur, Membre non-résidant de la Sociéte.
Page 301 - Pàssy, d'Aix, d'Annecy, d'Albens, de Rumilly, dans les plaines fécondes ou riantes de Carouge et du Chablais! Alors, combien de noms harmonieux qui ne dépareraient point les strophes divines du chantre d'Enée, viendront enchanter notre oreille ! En vain six siècles de barbarie, et le temps qui...
Page 219 - ... aiguillon , mais parce qu'ils font leurs efforts pour darder un aiguillon sans pouvoir y parvenir. Et ailleurs, où en parlant des prétendus rois, il fait mention d'une conjecture sur leur sexe, que l'on pensait être une femelle féconde , il ajoute : « Pour appuyer ce sentiment, on dit qu'il naît « des bourdons dans une ruche, sans qu'il y ait « des Rois , mais qu'il n'y naît point d'abeilles. La naissance des mâles abeilles venus d'œufs pondus par des ouvrières est un fait bien constaté...
Page 372 - Mercure est leur grand dieu; ils en ont beau« coup de statues : ils le croient l'inventeur des « arts , le guide des voyageurs , le protecteur des « marchands. Après Mercure, Apollon, Mars, « Jupiter et Minerve, sont les dieux qu'ils ré« vèrent d'avantage. Ils en ont à peu près la « même idée que les autres nations. Chez eux, « comme ailleurs, Apollon chasse les maladies, « Minerve préside aux arts, Jupiter à l'empire « du ciel, Mars aux combats. Presque toujours ils « font vœu...
Page 262 - Buttet fit paraître cet ouvrage, destiné à établir les droits des ducs de Savoie sur la ville de Genève , il est probable que son père avait cessé de vivre ; on ignore absolument la date de la mort de l'un et de l'autre. Au reste, dans les dernières années de sa vie, Marc-Claude de Buttet avait totalement disparu du monde : la perte de ses amis et surtout celle de son cher Lambert le firent tomber...
Page 120 - ... et il semble qu'il est rajeuni. Bien des gens auraient peine à croire cela et croiraient plutôt quelque fable d'un julep cordial. Il m'en témoigne bien du contentement ; mais quoiqu'il soit fort riche, il ne donne rien non plus qu'une statue. La vieillesse et l'avarice sont toujours de bonne intelligence : ces gens-là ressemblent à des cochons qui laissent tout en mourant et qui ne sont bons qu'après leur mort, car ils ne font aucun bien pendant leur vie.

Bibliographic information