Oeuvres de d'Alembert, Volume 1 (Google eBook)

Front Cover
A. Belin, 1821 - Philosophy
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 92 - On s'est adressé aux plus habiles de Paris et du royaume. On s'est donné la peine d'aller dans leurs ateliers, de les interroger, d'écrire sous leur dictée, de développer leurs pensées, d'en tirer les termes propres à leurs professions, d'en dresser des tables, de les définir, de converser avec ceux...
Page 68 - Pour connaître notre âme , ses idées et ses affections , il n'étudia point les livres, parce qu'ils l'auraient mal instruit : il se contenta de descendre profondément en lui-même; et après s'être, pour...
Page 567 - Éminence de vouloir bien, dans sa sagesse, décider, pour la plus grande gloire de Dieu et pour le plus grand...
Page 62 - La scolastique qui dominait de son temps ne pouvait être renversée que par des opinions hardies et nouvelles et il n'ya pas d'apparence qu'un philosophe qui se contente de dire aux hommes: « Voilà le peu que vous avez appris, voici ce qui vous reste à chercher », soit destiné à faire beaucoup de bruit parmi ses contemporains.
Page 91 - Jamais peut-être il ne s'est trouvé tant de difficultés rassemblées, et si peu de secours dans les livres pour les vaincre. On a trop écrit sur les sciences : on n'a pas assez bien écrit sur la plupart des arts libéraux; on n'a presque rien écrit sur les ; arts mécaniques; car qu'est-ce que le peu qu'on en ' rencontre dans les auteurs, en comparaison de l'ëteni due et de la fécondité du sujet?
Page 308 - C'est donc de cette seule idée qu'on doit tirer tous les Principes de la Mécanique, quand on veut les démontrer d'une...
Page 17 - Pourquoi supposer que nous ayons d'avance des notions purement intellectuelles , si nous n'avons besoin , pour les former, que de réfléchir sur nos sensations? Le détail où nous allons entrer fera voir que ces notions n'ont point en effet d'autre origine. La première chose que nos sensations nous apprennent , et qui même n'en est pas distinguée , c'est notre existence...
Page 15 - ... a deux objets : comme Encyclopédie, il doit exposer autant qu'il est possible, l'ordre et l'enchaînement des connaissances humaines; comme Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, il doit contenir sur chaque science et sur chaque art, soit libéral, soit mécanique, des principes généraux qui en sont la base, et les détails les plus essentiels qui en font le corps et la substance.
Page 62 - ... cette partie de nos connaissances qui doit contribuer à nous rendre meilleurs ou plus heureux. Il semble la borner à la science des choses utiles, et recommande partout l'étude de la nature. Ses autres écrits sont formés sur le même plan : tout , jusqu'à leurs titres , y annonce l'homme de génie , l'esprit qui voit en grand. Il y recueille des faits, il y compare des expériences, il en indique un grand nombre à faire; il invite les...
Page 396 - ... principe est de vérité nécessaire ; nous avouerons seulement que les preuves qu'on en a apportées jusqu'ici ne nous paraissent pas hors d'atteinte ; nous ne l'adopterons pas non plus, avec quelques géomètres, comme de vérité purement contingente, ce qui ruinerait la certitude de la mécanique, et la réduirait à n'être plus qu'une science expérimentale ; nous nous contenterons d'observer que, vrai ou douteux, clair ou obscur, il est inutile à la mécanique, et que, par conséquent,...

Bibliographic information