Histoire satyrique de la vie et des ouvrages de mr. Rousseau: en vers ainsi qu'en prose (Google eBook)

Front Cover
Chez Pierre Ribou, 1716 - 556 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 60 - Qui contenaient sa volonté : II appuya , par des tons pathétiques , Un conte si bien inventé. Tout le monde fut enchanté De ces fadaises magnifiques : Ce mensonge subtil , passant pour vérité , De ce législateur fonda l'autorité , Et donna cours aux créances publiques Dont ce peuple fut infecté.
Page 547 - Du plus scélérat hypocrite ! Je le vois ce perfide cœur Qu'aucune religion ne touche, Rire au dedans d'un ris moqueur Du Dieu qu'il confesse de bouche. C'est par lui que s'est égaré L'impie au visage effaré Condamné par nous à la roue Boindin athée déclaré Que l'hypocrite désavoue. Par l'un et l'autre est débauché Le jeune abbé de B..., Petit philosophe ébauché Au nés fait en bec de cicoigne.
Page 54 - Qui du bon sens ne soit point écarté. De mille préjugés chaque peuple entêté , Me tient un différent langage, Où la raison , prudente et sage , Ne voit qu'incertitude et qu'ambiguïté. Le vulgaire , en aveugle...
Page 81 - Un parfait miroir de douleurs ! Dès qu'il refpire , il pleure , il crie , Et femble prévoir fes malheurs. Dans l'enfance , toujours des pleurs ; Un pédant porteur de triftefle , Des livres de toutes couleurs, Des châtimens de toute efpèce.
Page 228 - Connais-tu ce flatteur perfide , Cette âme jalouse où préside La calomnie au ris malin ; Ce cœur dont la timide audace En secret sur ceux qu'il embrasse Cherche à distiller son venin ? Lui dont les larcins marotiques , Craints des lecteurs les plus cyniques, Ont mis tant d'horreurs sous nos yeux ; Cet infâme , ce fourbe insigne , Pour moi n'est qu'un esclave indigne , Fût-il sorti du sang des Dieux.
Page 306 - Ainsi finit l'auteur secret. Ennemis irréconciliables, Puissiez-vous crever de regret, Puissiez-vous être à tous les diables ! Puisse le Démon...
Page 490 - Réforme: & cette jufte idée de leur caractère d'efprit me fit bien-tôt revenir d'une infinité de préjugés. Je vis fur la plupart des articles qui font le plus de peine i nos Frères féparés, comme l'Invocation des Saints, le Culte des Images, la Diftinction des Viandes ; qu'on avoit fort exagéré les Abus inévitables du peuple; que c...
Page 220 - Sur l'air des Pendus. Or écoutez, petits et grands, L'histoire d'un ingrat enfant, Fils d'un cordonnier, honnête homme, Et vous allez apprendre comme Le Diable pour punition Le prit en sa possession. . Ce fut un beau jour, à midi, Que sa mère au monde le mit; Sa naissance est assez publique; Car il naquit dans la boutique, Dieu ne voulant qu'il put nier Qu'il étoit fils d'un cordonnier. Le Père n'ayant qu'un enfant...
Page 205 - L'année suivante , Rousseau fit jouer au Théâtre-Français sa petite comédie du Café, contre laquelle Gacon lanca les vers suivans : Le café , d'un commun accord , Reçoit enfin son passeport. Avez-vous trop mangé la veille , Ou trop pris du jus de la treille, Au matin prenez-le un peu fort...
Page 479 - Comédie pour fon argent , fut fenfible autant qu'on le peut j'u- ' ger , auxappla-udiffement qu'on donnoit à fon fils ; il ne put contenir fa joie , & il fit connoître à ceux qui l'environnoient qu'il étoit le père de l'Auteur.

Bibliographic information