Recherches sur les langues celtiques (Google eBook)

Front Cover
Imprimerie royale, 1844 - Celtic languages - 538 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page iii - Déterminer par un travail à la fois lexicbgraphique et grammatical le caractère propre des idiomes vulgairement connus sous le nom de celtiques, en France et dans les îles britanniques, et rechercher la nature et l'importance des emprunts qu'ils ont faits soit au latin, soit à d'autres langues.
Page 130 - Ibères non mêlés de Celtes habitaient seulement vers les Pyrénées et sur la côte méridionale. Les deux races étaient mêlées dans l'intérieur des terres, dans la Lusitanie, et dans la plus grande partie des côtes du Nord.
Page 76 - ... quant à cette communauté de famille , elle com-mence, comme de raison , avec celle de la prononciation. Les langues gaëles et bretonnes ont en commun ce caractère re-marquable, que toutes les consonnes muettes peuvent se convertir en aspirées ; et ce caractère, dans sa généralité, nonseulement les réunit, mais les distingue de toutes les autres langues de l'Europe occidentale. Mais il devient bien autre-ment distinctif et spécifique quand on l'examine de plus près ; c'est qu'il n'ya...
Page 130 - Menschen-Gedenken, ou du moins ils y étaient établis avant les Gaulois. En tout cas, dans leur mélange avec les Ibères, c'était le caractère ibérien qui prévalait, et non le caractère gaulois tel que les Romains nous l'ont fait connaître. 6° « Hors de l'Espagne, vers le nord, on ne trouve pas trace des Ibères, excepté toutefois dans l'Aquitaine ibérique, et une partie de la côté de la Méditerranée.
Page 130 - Ibères, excepté toutefois dans l'Aquitaine ibérique, et une partie de la côte de la Méditerranée. Les Calédoniens, nommément, appartenaient à la race celtique, non à l'ibérienne. 7° « Vers le sud, les Ibères étaient établis dans les trois grandes îles de la Méditerranée ; les témoignages historiques et l'origine basque des noms de lieux s'accordent pour le prouver. Toutefois ils n'y étaient pas venus, du moins exclusivement, de l'Ibérie ou de la Gaule; ils occupaient ces établissements...
Page 536 - ... racine; 3° par l'identité d'une multitude infinie de racines; 4° par l'analogie des principes de la grammaire; 5° par le génie de ces langues. Elles forment deux tribus : la première renferme le gallois et le breton; la seconde, le gaël écossais et irlandais. Il ya un troisième idiome qui se rapporte au gaël, peu cultivé et peu connu : c'est celui qu'on parle dans l'île de Man.
Page 129 - Le rapprochement des anciens noms de lieux de la péninsule ibérienne avec la langue basque montre que cette langue était celle des Ibères, et comme ce peuple paraît n'avoir eu qu'une langue, peuples ibères et peuples parlant le basque sont des expressions synonymes. « 2° Les noms de lieux basques se trouvent sur toute la Péninsule sans exception, et, par conséquent, les Ibères étaient répandus dans toutes les parties de cette contrée.
Page 536 - ... ture des sons et de leurs combinaisons; 2° par la trans» mutation des lettres, surtout des consonnes, qui par» courent toutes les modifications que les mêmes or...
Page 132 - ... nature. Voilà précisément la marche que nous avons suivie dès le commencement. L'analyse nous a montré les liens nombreux qui unissent intimement entre elles les langues celtiques proprement dites, avec une clarté qui nous semble ne rien laisser à désirer. ESPRIT GÉNÉRAL DE LA LANGUE BASQUE. Tout le prestige de la langue basque, qui a fasciné les yeux de plusieurs savants, disparaît quand on a reconnu ce principe, que «des particules, détachées dans d'autres lan-gues, entrent en...
Page 536 - Il a des racines qui fournissent des dérivés et des composés à perte de vue. Le gaël est plus riche en racines, plus pauvre en terminaisons et en préfixes, ayant d'ailleurs peu d'esprit de suite , en comparaison du gallois. Les rapports des langues...

Bibliographic information