Les lamelles oraculaires de Dodone

Front Cover
Librairie Droz, 2006 - Dodona (Extinct city) - 454 pages
0 Reviews
Le sanctuaire de Zeus à Dodone (Epire) est, après Delphes, l'un des plus fameux sanctuaires oraculaires du monde grec. Son originalité, et, pour nous, son intérêt particulier tiennent à ce que les questions posées par les consultants à l'oracle étaient gravées sur des lamelles de plomb, que l'on a retrouvées en grand nombre lors des fouilles successives du sanctuaire. La grande majorité de ces documents (environ 1300, paraît-il) reste inaccessible dans les réserves du musée de Jannina, mais certains ont été publiés sommairement dans divers rapports de fouilles. On a regroupé en un corpus systématique de 167 numéros toutes les lamelles oraculaires de Dodone connues à ce jour, puis on a étudié ce corpus des points de vue historique, paléographique, philologique, linguistique, dialectologique. L'histoire des lamelles commence vers 550, et prend fin brusquement en 167 av. J.-C., quand les Romains de Paul-Emile incendient le sanctuaire. Dodone était par excellence le sanctuaire des Epirotes, mais aussi un sanctuaire officiel de Corcyre. La zone de rayonnement de l'oracle englobait l'Epire, les colonies corinthiennes, la Thessalie, la Béotie, l'Attique, la Grande-Grèce et la Sicile. Les lamelles en alphabet corinthien sont assignables à des consultants des colonies corinthiennes. L'alphabet épichorique de Dodone était de type eubéen. Le formulaire des questions oraculaires est rigoureux, mais admet de nombreuses variantes, et n'a connu aucune évolution. Les réponses de l'oracle sont rarissimes, mais maintenant bien identifiées. Il existe une relation, difficile à définir mais certaine, entre les lamelles oraculaires et les lamelles de malédiction, même du point de vue textuel. Il n'existe pas de dialecte épirote : il faut poser un continuum linguistique dorien allant du Golfe de Corinthe à la Macédoine incluse. Les étymologies de Naios " Résidant " et de Diôna " Epouse de Zeus " sont maintenant établies. La forme Dêôna, aujourd'hui bien attestée, est due à une contamination, d'origine éleusinienne, par la forme Dêô.
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Ι ΜΈΤΟΙΚΕ ου ΟΕΟΗΙΡΡΚΕΜΕΝΤ ΟΕδ ιΑΜΕίχΕδ
1
ίΕ ΡΚΟΒίΕΜΕ ΟΕ ίΑ ΟΟΝδΕΚΥΑΤΙΟΝ ΟΕ5 ΕΑΜΕΕίΕδ
8
ΝΟΤΕ δυκ ΟΟΟΟΝΕ ΕΤ ΚΟΥΚΕ
21
Ε5 ΑίΡΗΑΒΕΤδ ΑΚΟΗΑΪΟυΕδ ΟΑΝ5 ΕΕ5 1 ΑΜΕΕΙ Ε5
329
Π ίΕ ΕΟΚΜυίΑΙΚΕ ΕΤ ίΑ 5ΥΝΤΑΧΕ ΟΕ5 ρυΕδΤΙΟΝδ
336
ίΕ5 ΙΝ5ΟΚΙΡΤΙΟΝ8 ΑΝΝΕΧΕ5
350
ΏΕΠΧ10ΝΕ5 ΕΤ ΟΟΝδυΐΤΑΤΙΟΝδ ΟΚΑθυίΑΙΚΕ3
359
Β Είυ3ε ΓαηΐΓηΐίοα1ε ει 3ί1εοΐο1οίΐιε άεδ ραηίαυίαπίέδ
380
ίε ηοπι 1ΗέΓαοΙέε 382 5 Κέάυοίίοη αηοίεηηε
394
Ροπτιε άδελφεός 400 20 Ροπτιε γεία ει νεΛε ΟΟΓ
401
ΕτΥΜΟίοαίΕδ ΟΕ ίέριοι Ε5Ε ΝαΐοςΝάος ΕΤ ου
407
ΟΕΝΕΚΑίΕ
423
ΒίΒίΙΟΟΚΑΡΗΙΕ ΟΕΝΕΚΑίΕ
433
ΙΝΟΕΧ
441
Copyright

Common terms and phrases