Annales des sciences naturelles: Zoologie et biologie animale (Google eBook)

Front Cover
Masson, 1867 - Zoology
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 329 - ... une espèce de géométrie universelle (si je puis m'exprimer ainsi), par le secours de laquelle nous aurions, dans le moment même de l'attouchement, des idées exactes et précises de la figure de tous les corps, et de la différence, même infiniment petite, de ces figures.
Page 54 - Mai 1867. 3 cette peuplade qui ne connaissait pas l'art du potier et n'ornait ses ustensiles d'aucune sculpture. Évidemment la station de Schussenried est postérieure à l'époque glaciaire proprement dite, c'est-à-dire au temps où le glacier du Rhin formait des moraines et accumulait des graviers ; mais on peut conclure de la présence des mousses boréales et du caractère de la faune, qu'il n'y avait peutêtre pas bien longtemps que le pays était débarrassé des glaces, lorsque la peuplade...
Page 328 - ... il n'est pas douteux que le sentiment du toucher ne fût infiniment plus parfait dans cette conformation qu'il ne l'est, parce que cette main pourrait alors s'appliquer beaucoup plus immédiatement et plus précisément sur les différentes surfaces des...
Page 327 - ... quantité à la fois. Le sens du toucher est répandu dans le corps entier; mais il s'exerce différemment dans les différentes parties. Le sentiment qui résulte du toucher ne peut être excité que par le contact et l'application immédiate de la superficie de quelque corps étranger sur celle de notre propre corps. Qu'on applique contre la poitrine ou sur les épaules d'un homme un corps étranger, il le sentira...
Page 96 - L'âge du Cervus tarandus (Renne); 3° L'âge de la pierre polie; /i° L'âgo du bronze et du fer. Nous pourrons donc plus que jamais appliquer à la vallée de Tarascon, désormais la plus caractéristique au point de vue de l'antiquité de l'homme, cette phrase de M. d'Archiac : « Nous aurions ainsi, dans cette seule vallée, de...
Page 328 - ... pour rendre cette partie l'organe de ce sentiment exact et précis qui est nécessaire pour nous donner l'idée de la forme des corps. Si la main avoit encore un plus grand nombre de parties; qu'elle fût, par exemple, divisée en vingt doigts ; que ces doigts eussent un plus grand nombre d'articulations et de...
Page 52 - En 1860, un meunier de Schussenried (Wurtemberg) fut obligé de faire creuser un canal très-long et très-profond pour ramener dans son bief des eaux qui en avaient été détournées par le desséchement d'un marécage voisin. Ces travaux considérables amenèrent la découverte d'une grande quantité de débris d'ossements et de bois de Rennes, ainsi que d'objets travaillés en pierre et en os. M. le docteur Fraas fit exécuter sous ses yeux des fouilles importantes pour exploiter à fond ce gisement,...
Page 329 - ... conformation qu'il ne l'est, parce que cette main pourrait alors s'appliquer beaucoup plus immédiatement et plus précisément sur les différentes surfaces des corps ; et si nous supposions qu'elle fût divisée en une infinité de parties toutes mobiles et flexibles, et qui pussent toutes s'appliquer en...
Page 328 - ... plans de la superficie des corps, sont celles qui nous donnent en effet les idées de leur forme et de leur grandeur. Ce n'est donc pas uniquement parce qu'il ya une plus grande quantité de houppes nerveuses à l'extrémité des doigts que dans les autres parties du corps, ce n'est pas, comme on le prétend vulgairement, parce que la main a le sentiment plus délicat, qu'elle est en effet le principal organe du toucher; on pourroit dire au contraire qu'il ya des parties plus sensibles et dont...
Page 328 - ... dire au contraire qu'il ya des parties plus sensibles et dont le toucher est plus délicat, comme les yeux, la langue, etc.: mais c'est uniquement parce que la main est divisée en plusieurs parties toutes mobiles, toutes flexibles, toutes agissantes en même temps et obéissantes à la volonté, qu'elle est le seul organe qui nous donne des idées distinctes de la forme des corps. Le toucher n'est qu'un contact de superficie. Qu'on suppute la superficie de la main et des cinq doigts, on la trouvera...

Bibliographic information