Oeuvres complètes de Buffon, mises en ordre et précédées d'une notice historique par m. A. Richard ... suivies de deux volumes sur les progrès des sciences physiques et naturelles depuis la mort de Buffon: Expériences sur les végétaux. Histoire des animaux (Google eBook)

Front Cover
Chez audouin frères et chez N. Delangle, 1827 - Natural history
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 96 - ... ils ne peuvent grossir. La substance destinée à former le nouveau bois se trouve donc arrêtée et contrainte de se fixer dans tous les vides de l'aubier et du cœur même de l'arbre; ce qui en augmente nécessairement la solidité, et doit, par conséquent, augmenter la force du bois ; car j'ai trouvé, par plusieurs épreuves , que le bois le plus pesant est aussi le plus fort. Je ne crois pas que l'explication de cet effet ait...
Page 289 - ... par ce que nous venons de dire , que les espèces les plus viles , les plus abjectes , les plus petites à nos yeux, sont les plus abondantes en individus , tant dans les animaux que dans les plantes ; à mesure que les espèces d'animaux nous paroissent plus parfaites , nous les voyons réduites à un moindre nombre d'individus, Pourroit-on croire que de certaines formes de...
Page 278 - Mais comme nous n'apercevons pas ces rapports purement matériels; comme ils ne font aucune impression au-dedans de nous-mêmes; comme ils subsistent sans notre participation, et qu'après la mort ou avant la vie, ils existent et ne nous affectent point du tout, on ne peut pas dire qu'ils fassent partie de notre être ; c'est donc l'organisation, la vie, l'âme, qui fait proprement notre existence.
Page 286 - Dans les plantes on n'a pas le même avantage, car quoiqu'on ait prétendu y reconnoître des sexes, et qu'on ait établi des divisions de genres par les parties de la fécondation, comme cela n'est ni aussi certain, ni aussi apparent que dans les animaux, et que d'ailleurs la production des plantes se fait de plusieurs autres façons , où les sexes n'ont point de part et où les parties de la fécondation ne sont pas nécessaires, on n'a pu employer avec succès cette idée, et...
Page 280 - Le minéral n'est qu'une matière brute, insensible, n'agissant que par la contrainte des lois de la mécanique, n'obéissant qu'à la force généralement répandue dans l'univers, sans organisation, sans puissance, dénuée de toutes facultés, même de celle de se reproduire ; substance informe, faite pour être foulée...
Page 440 - ... à l'ovaire ; il y trouvera une nourriture préparée pour lui ; tous les vers qui n'auront pas été assez heureux pour rencontrer cette ouverture du pédicule de l'œuf, périront; celui qui seul aura enfilé ce chemin, arrivera à sa transformation ; c'est par cette raison qu'il existe un nombre prodigieux de ces petits animaux ; la difficulté de rencontrer un œuf et ensuite l'ouverture du pédicule de cet œuf, ne peut être compensée que par le nombre infini des vers ; il ya un million...
Page 322 - ... n'ont aucun rapport avec les qualités extérieures des corps, mais qui agissent sur les parties les plus intimes, et qui les pénètrent dans tous les points; ces forces, comme nous l'avons prouvé , ne pourront jamais tomber sous nos sens , parce que leur action se faisant sur l'intérieur des corps, et nos sens ne pouvant nous représenter que ce qui se fait à l'extérieur, elles ne sont pas du genre des choses que nous puissions apercevoir; il...
Page 319 - ... et que l'accroissement, ou, si l'on veut, le développement de l'animal ou du végétal , ne se fait que par l'extension de ce moule dans toutes ses dimensions extérieures et intérieures ; que cette extension se fait par l'intussusception, d'une matière accessoire et étrangère qui pénètre dans l'intérieur, qui devient semblable à la forme et identique avec la matière du moule.
Page 293 - Le premier moyen , et, selon nous , le plus simple de tous , est de rassembler dans un être une infinité d'êtres organiques semblables , et de composer tellement sa substance , qu'il n'y ait pas une partie qui ne contienne un germe de la même espèce , et qui par conséquent ne puisse elle-même devenir un tout semblable à celui dans lequel elle est contenue. Cet appareil...
Page 331 - ... sont suffisamment expliquées par ce que nous avons dit dans le chapitre précédent ; car , pour bien entendre la manière de cette reproduction , il suffit de concevoir que , dans la nourriture que ces êtres organisés tirent, il ya des molécules organiques de différentes espèces ; que par une force semblable à celle qui produit la pesanteur , ces molécules organiques pénètrent toutes les parties du corps organisé , ce qui produit le...

Bibliographic information