Du scepticisme et de la philosophie critique (Google eBook)

Front Cover
C. Douniel et cie., 1874 - 32 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 21 - ... céleste, Kanl est quoi qu'il fasse obligé de nous en promettre une autre, car il faut à l'homme un but, un mobile d'action; or l'homme ne peut agir qu'en vue de Dieu ou de soi : « Le respect et l'amour ne s'accordent qu'aux personnes,1 » écrit Kant, et comme il déclare en même temps « qu'il ne faut pas entendre qu'il est nécessaire d'admettre l'existence de Dieu, comme le fondement de toute obligation, car ce fondement n'est autre que l'autonomie de la raison même,* » il tourne forcément...
Page 6 - Coupant ainsi la métaphysique par le milieu, elle ne lui laisse que deux tronçons désormais sans vertu, les causes premières et les causes finales. Je ne feindrai pas de le dire : montrer présentement que causes premières et causes finales sont placées en dehors de la portée de l'esprit humain, et que la recherche en doit être abandonnée, est un lieu commun. L'expérience en témoigne: depuis tant de siècles que les génies les plus profonds agitent ces insolubles questions, elles n'ont...
Page 16 - Si les dogmatistes, uniquement préoccupés de l 1 objet, n'ont établi l'évidence qu'en sacrifiant la liberté, les philosophes critiques à leur tour, uniquement préoccupés du sujet, n'ont établi la liberté qu'en sacrifiant l'évidence; ni les uns ni les autres n'ont résolu le problème qui consiste à montrer comment elles subsistent en même temps. Chacun a très-bien vu les torts de ses adversaires, mais non pas triomphé de leurs objections; chacun oppose de très-puissants arguments...
Page 19 - ... dans un jeu de marionnettes, tout gesticulerait bien, mais où l'on chercherait en vain la vie sur les figures. Or, comme il en est tout autrement , comme , malgré tous les efforts de notre raison, nous n'avons de l'avenir qu'une idée fort obscure et incertaine , comme le maître du monde nous laisse plutôt conjecturer qu'apercevoir et prouver clairement son existence et sa majesté, comme au contraire la loi morale, qui est en nous, sans nous faire aucune promesse ni aucune menace positive,...
Page 17 - ... et à la faire briller d'un éclat nouveau. Ce qu'il importe de démontrer aux philosophes critiques, ce n'est donc pas que la vérité subjective n'est rien, ils le savent de reste, mais que la vérité n'est pas subjective; en d'autres termes, qu'elle existe et qu'elle est certaine; il s'agit de détruire leur thèse, non pas de réfuter leurs hypothèses. « C'est, disent-ils, parce que la vérité est inévidente que la croyance est un acte libre 1 . » Mais comment donc l'homme sera-t-il...
Page 23 - ... indépendante elle-même de tout penchant. Mais, à la place de cette lutte que l'intention morale a maintenant à soutenir avec les penchants, et dans laquelle, après quelques défaites, l'âme acquiert peu à peu de la force morale, Dieu et l'éternité, avec leur majesté redoutable, seraient sans cesse devant nos yeux (car, ce que nous pouvons parfaitement prouver a pour nous une certitude égale à celle des choses dont nous pouvons nous assurer par nos yeux). Nous éviterions sans doute...
Page 31 - Ils affirment très-justement que la croyance est libre, c'est-à-dire que la volonté doit jouer un rôle dans la connaissance et la possession de la vérité. Mais quel est ce rôle? en quoi consiste-t-il? Quel est avec la raison absolue le rapport de la volonté libre? Muets sur toutes ces questions, ils n'ont nulle part montré comment s'exerce cette liberté qu'ils réclament, et quel est son rôle dans le choix des doctrines, En même temps qu'ils ont justement repris les...
Page 31 - Ceux-ci ne le savent-ils pas de reste, et ne voyons-nous pas chaque jour combien peu d'esprit suffit à nier l'âme ou à douter de Dieu? Lorsqu'un principe a pour conséquence inévitable une assertion manifestement fausse, on peut tenir pour certain que lui-même est faux, quand même on n'en verrait pas d'autres preuves. Les philosophes critiques, après avoir établi que la vérité ne doit pas nous contraindre, rejettent la vérité en alléguant qu'elle ne nous contraint pas. Ils affirment...
Page 19 - ... faire le bien pour le bien , sans aucune arrièrepensée d'intérêt personnel. Nous accordons naturellement que cette vue pure et désintéressée du bien est un idéal de perfection ; mais nous croyons qu'elle est en quelque sorte surhumaine; qu'il y aurait du danger à se la proposer pour fin, parce que, même dans le bien , il faut s'accommoder à sa condition et n'en point dépasser les limites , et surtout qu'il y aurait erreur à prétendre que l'action bonne change de caractère et devient...
Page 6 - Liltré *, que causes premières et causes finales sont placées en dehors de l'esprit humain, et que la recherche en doit être abandonnée, est un lieu commun. L'expérience en témoigne : depuis tant de siècles que les génies les plus profonds agitent ces insolubles questions, elles n'ont pas fait un pas, et le fond même est toujours en débat comme le premier jour. C'est faire preuve de faiblesse que de s'essayer à un labeur qu'on ne peut accomplir. » Rien ne semble, nous l'accordons, plus...

Bibliographic information