Recueil des Pièces d'Éloquence et de Poësie Qui Ont Remporté les Prix Donnés par l'Académie Françoise en l'Année Mdcxciii: Avec plusieurs discours qui ont été prononcés dans l'Académie, et plusieurs pièces de poësie qui ont été lûes en differentes occasions (Google eBook)

Front Cover
J.-B. Coignard, 1729 - 266 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 215 - Celui-ci * passe Juvénal, atteint Horace, semble créer les pensées d'autrui et se rendre propre tout ce qu'il manie; il a dans ce qu'il emprunte des autres toutes les grâces de la nouveauté et tout le mérite de l'invention.
Page 186 - ... trouvez à propos les exemples et les faits historiques dont vous avez besoin ; une imagination de la beauté de celle qui fait les plus grands hommes dans tous les arts, et dont on sait, par expérience, que la force et la vivacité vous rendent les choses aussi présentes qu'elles le sont à ceux mêmes qui les ont devant les yeux. Ainsi vous possédez avec avantage tout ce qu'on...
Page 218 - Avouons-le, on sent la force et l'ascendant de ce rare esprit, soit qu'il prêche de génie et sans préparation, soit qu'il prononce un discours étudié et oratoire, soit qu'il explique ses pensées dans la conversation: toujours maître de l'oreille et du cœur de ceux qui l'écoutent, il ne leur permet pas d'envier ni tant d'élévation, ni tant de facilité, de délicatesse, de politesse.
Page 172 - Hélas! nous l'avons vu, séduit par son zèle et par son courage , nous promettre, d'une voix mourante , qu'il achèverait son grand ouvrage sur l'Eucharistie ; oui , je l'ai vu les larmes aux yeux , je l'ai entendu ; il m'a dit tout ce qu'un catholique nourri depuis tant d'années des paroles de la foi peut dire pour se préparer à recevoir les sacrements avec ferveur.
Page 167 - Depuis que des hommes savants et judicieux ont remonté aux véritables règles, on n'abuse plus, comme on le faisait autrefois, de l'esprit et de la parole; on a pris un genre d'écrire plus simple, plus naturel, plus court, plus nerveux, plus précis. On ne s'attache plus aux paroles que pour exprimer toute la force des pensées ; et on n'admet que les pensées vraies, solides, concluantes pour le sujet où l'on se renferme.
Page 91 - C'étoit un efprit original , & qui ne devoit qu'à lui feul toute fa réputation. Sans rien emprunter des Anciens, ni même les avoir trop bien connus, il les a égalés , &.£ Ton çoit dans fes Ecries quelques-unes de leurs penfées , c'eft un effet du Lazard plutôt que de l'imitation.
Page 185 - ... aux jeunes princes leurs véritables obligations , et pour leur dire , de la manière la plus touchante, que rien ne peut leur être plus glorieux que d'aimer les peuples et d'en être aimé.
Page 216 - ... graces de la nouveauté & tout le mérite de l'invention : fes vers forts & harmonieux , faits de génie , quoique travaillés avec art , pleins de traits...
Page 183 - ... un comme vous. Je sais bien que c'est faire violence à votre modestie que de parler ici de votre mérite : mais c'est une obligation que l'Académie s'est imposée ellemême de...
Page 170 - ... qui brilloit l'enleva aux lettres et le jeta dans les affaires : alors quelle droiture, quelle probité, quelle reconnoissance constante pour son bienfaiteur ! Dans un emploi de confiance il ne songea qu'à faire du bien, qu'à découvrir le mérite et à le mettre en œuvre. Pour montrer toute sa vertu il ne lui manquoit que d'être malheureux. Il le fut , messieurs : dans sa prison éclatèrent son innocence et son courage ; la Bastille devint une douce solitude où il faisoit fleurir les lettres....

Bibliographic information