Guerres maritimes sous la république et l'empire: par le contre-amiral E. Jurien de La Gravière; avec les plans des batailles navales du cap Saint-Vincent, dÁboukir, de Copenhague, de Trafalgar et une carte du Sund ... (Google eBook)

Front Cover
Charpentier, 1860 - France
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 363 - Je suis extrêmement contrarié par ce « défaut de mouillage, et mon chagrin serait « au comble si cela devait être une raison « de me séparer de vous, n'ayant d'autre « désir que de suivre votre sort en quelque •< qualité que ce soit. Je vous prie d'êlre « assuré que je serai toujours bien placé, « pourvu que je sois placé auprès de vous ; •• personne, j'ose vous l'assurer, ne vous « étant plus sincèrement attaché. Ce senli...
Page 365 - Je me concerterai avec eux aussitôt après avoir mouillé, et si nous sommes assez heureux pour trouver à terre une position qui puisse protéger les deux têtes de ma ligne, je me regarde comme inexpugnable, du moins pendant tout l'été et même l'automne. Je serai alors d'autant plus satisfait que je pourrai appareiller quand bon me semblera pour combattre l'ennemi, et me porter partout où je pourrai vous être utile; au lieu que, quand même on trouverait le moyen de faire entrer l'escadre...
Page 370 - Les deux mortiers ont été placés su.r l'écueil, et quatre pièces de canon de 6 en défendent l'approche. Il faudrait enlever le tout lorsque vous donnerez l'ordre de partir. Du reste , cette rade est entièrement ouverte et n'est pas susceptible de protéger les vaisseaux contre un ennemi supérieur : on doit y être fort mal l'hiver. Les officiers que j'avais chargés de sonder le port...
Page 134 - D'ailleurs ils sont lents et manquent d'activité. — On prétend, ajoutait-il en 1796, que l'Espagne a consenti à fournir à la république française 14 vaisseaux de ligne prêts à prendre la mer. Je suppose qu'il s'agit de vaisseaux sans équipages, car les prendre avec un pareil personnel serait pour la république le plus sûr moyen d'en être promptement débarrassée.
Page 141 - ... et la pratique des combats. Après une longue patience de leur part, les excès répétés d'une insubordination consacrée par l'impunité les ont éloignés du théâtre de leurs travaux. Daignez, Monsieur, être auprès du roi l'interprète de mes sentiments.
Page 366 - Alexandrie que pour y voir échouer nos vaisseaux, tandis que mon désir bien prononcé est de pouvoir vous être utile, de quelque manière que ce soit, et, comme je vous l'ai déjà dit, tout poste me sera bon, pourvu que vous m'y placiez d'une manière active....
Page 366 - Recevez, mon général, les vœux bien sincères que je fais pour que vous conserviez, au milieu de vos grands travaux, la santé qui vous est nécessaire pour les terminer heureusement. Je vais faire chavirer tout le vaisseau pour tâcher de trouver les caisses que vous me demandez et , si elles n'y sont pas, j'ordonnerai des perquisitions sur tous les vaisseaux de l'escadre. Malgré mes demandes réitérées, je n'ai pu obtenir un seul pilote pratique pour le Béquier (Àboukir). » « 25 messidor...
Page 223 - Le feu a pris dans les porte-haubans d'ar limon et a bientôt envahi le gréement; il se propage d'un mât à l'autre avec une rapidité que rien ne peut maîtriser. A dix heures du soir, une explosion , qui ébranle les navires environnans et les couvre de débris enflammés, annonce aux deux armées que l'Orient vient de s'engloutir. Il disparaît, entraînant avec lui dans le gouffre ses blessés, la plus grande partie de son équipage héroïque et la fortune de la journée. Un nuage épais de...
Page 365 - Lorsque j'aurai sondé le mouillage du Beckier, je vous rendrai compte des ressources qu'offre cette rade. Croyez, général, que mon plus grand désir est de pouvoir seconder vos opérations, et de trouver des occasions de vous donner des preuves de mon sincère attachement et de ma vive reconnaissance. J'ai organisé la partie administrative du port d'Alexandrie , et , quant à ce qui concerne la partie militaire , vous avez auprès de vous deux chefs de division , bons officiers , qui pourront...
Page 134 - On prétend, ajoutait-il en 1796, que l'Espagne a consenti à fournir à la république française 14 vaisseaux de ligne prêts à prendre la mer. Je suppose qu'il s'agit de vaisseaux sans équipages, car les prendre avec un pareil personnel serait pour la république le plus sûr moyen d'en être promptement débarrassée. Dans le cas où ce traité amènerait la guerre entre nous et les Espagnols, je suis sûr que l'affaire de leur flotte sera bientôt faite, si elle ne vaut pas mieux que celle...

Bibliographic information