Éloge historique de monsieur Lamoignon de Malesherbes (Google eBook)

Front Cover
veuve Dieulafoy, 1842 - 100 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 79 - Mais j'ai été appelé deux fois au conseil de celui qui fut mon maître dans le temps que cette fonction était ambitionnée par tout le monde : je lui dois le même service lorsque c'est une fonction que bien des gens trouvent dangereuse.
Page 79 - Citoyen président, j'ignore si la Convention donnera à Louis XVI un conseil pour le défendre, et si elle lui en laissera le choix : dans ce cas-là je désire que Louis XVI sache que s'il me choisit pour cette fonction je suis prêt à m'y dévouer. Je ne vous demande pas de faire part à la...
Page 79 - ... fois au conseil de celui qui fut mon maître, dans le temps que cette fonction était ambitionnée par tout le monde; je lui dois le même service, lorsque c'est une fonction que bien des gens trouvent dangereuse. Si je connaissais un moyen possible pour lui faire connaître mes dispositions, je ne prendrais pas la liberté de m'adresser à vous. J'ai pensé que, dans la place que vous occupez, vous aurez plus de moyens que personne pour lui faire passer cet avis.
Page 18 - Sire, qu'aucun citoyen de votre royaume n'est assuré de ne pas voir sa liberté sacrifiée à une vengeance ; car personne n'est assez grand pour être à l'abri de la haine d'un ministre, ni assez petit pour n'être pas digne de celle d'un commis des fermes.
Page 32 - Sur tous ces objets, continue la cour, il existe nécessairement deux partis dans un royaume : d'un côté, tous ceux qui approchent du souverain, de l'autre, tout le reste de la nation. Il faut donc qu'un roi qui veut être juste puise ses sentiments dans son propre cœur, et
Page 58 - L'auto» rité du gouvernement sur les sectes doit se borner * à empêcher qu'elles ne deviennent des partis dans » l'état : or, vous en faites des partis toutes les fois » que vous unissez , par une persécution commune , » leurs membres isolés jusqu'alors.
Page 31 - ... d'un cœur vertueux et sensible , parlant pour ses concitoyens au monarque qui veut les rendre heureux. Si la perfection du style pouvait encore être comptée pour quelque chose après des mérites si supérieurs , on remarquerait que ces discours sont des modèles de bon goût dans le siècle des phrases , comme ils sont des monuments et des leçons de vertu dans un siècle de corruption Sur un ouvrage de M.
Page 68 - ... de la vertu. Non , Dieu de mon cœur, je ne croirai point m'avilir , en mettant ma confiance en toi ; dans mes efforts pour te plaire , je ne rougirai point d'ambitionner cette palme d'immortelle gloire que tu daignes nous...
Page 82 - Tronchet , j'ai eu occasion , dans le temps que j'appartenais au corps de la législation , de préparer , de réfléchir ces idées... Aurais-je le malheur de les perdre , si vous ne me permettez pas de les présenter d'ici à demain ?
Page 47 - ... démenti le plus humiliant. Si on les publie un jour , ou si on fait le récit de ce que j'ai dit quelquefois avec assez de force pour qu'on puisse l'avoir retenu, on saura que, . dans le temps où il fut aisé de prévoir qu'il allait y avoir une convocation d'états - généraux , j'ai averti le Roi que l'ancienne forme des états ne devait pas subsister, parce qu'elle introduirait une aristocratie également funeste à lui et au reste de la nation. • Permettez-moi d'insister un peu longuement...

Bibliographic information