Annales des sciences naturelles: Zoologie et biologie animale (Google eBook)

Front Cover
Masson, 1847 - Zoology
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 184 - Nous l'y avons vainement cherché , de même que dans le vitellus , sous forme de sulfocyanure. L'odeur et toutes les propriétés chimiques du blanc d'œuf donnent à penser que c'est sous forme de soufre libre qu'il y est uni. On trouve en général des matières susceptibles d'oxidalion . dans tous les corps au sein desquels doit se développer une vie nouvelle. Il est facile de se convaincre de la vérité de cette assertion , en étudiant la composition des graines ainsi que les transformations...
Page 263 - Térébratules , cet organe prend un développement d'autant plus grand que les bras des genres deviennent plus incomplets, et que, chez les genres qui manquent de bras, il devient l'organe le plus compliqué , et celui qui occupe le plus de place dans l'ensemble. Le manteau, dans cette série animale , est donc, avec les bras, l'organe le plus important. Il est , avons-nous dit, le...
Page 252 - ... genres et les espèces perdus, montrent toujours des apophyses testacées caractéristiques. Dans la troisième, ce sont des bras spiraux attachés sur des apophyses spéciales et soutenues par des lames testacées spirales qu'il est facile de retrouver encore chez les genres perdus. On voit donc que , dans presque toutes les circonstances, on peut, sur les nombreux Brachiopodes enfouis dans les couches terrestres, reconnaître à la disposition des apophyses ou autres saillies testacées internes:...
Page 251 - Parmi les bras non susceptibles d'allongement , on reconnaît trois modifications : dans la première, les bras contournés, charnus, comme chez les Orbicula, ne laissent, il est vrai, aucune trace; mais la forme exceptionnelle de la coquille peut en faire rapprocher les genres perdus. Dans la seconde, comme les...
Page 251 - ... (Ann. des se. nat., 1847) nous ont prouvé qu'il existait des genres avec et sans bras; que les bras sont entièrement libres, susceptibles de saillir en dehors de la coquille, qu'ils soient soutenus ou non par une apophyse testacée arquée intérieure de la coquille ; que ces bras sont fixés et ne peuvent plus sortir de la coquille : car ils sont soutenus par des charpentes testacées ou cartilagineuses qui les empêchent de s'étendre, et qui se montrent sur les genres perdus; aussi, dans...
Page 326 - ... la ligne latérale large et tachetée. La nageoire de la queue en croissant; la mâchoire supérieure plus avancée que l'inférieure ; la hauteur du corps égale, à peu près, au tiers de la longueur totale de l'animal. La nageoire de la queue, arrondie ; la mâchoire supérieure plus avancée que l'inférieure ; le ventre très-carené; l'anus placé, à peu près , à une égale distance de la tête et de l'extrémité de la queue. SECOND SOUS-GENRE. Trois nageoires sur le dos; point de barbillons...
Page 167 - L'albumine et le fluidê amniotique s'effacent de plus en plus. Au dix-neuvième jour, les intestins, qui pendaient au dehors de la cavité abdominale , y entrent, entraînant avec eux le vitellus. Quatrième période. % Naissance du Poulet. On entend quelquefois le Poulet crier dans l'œuf, deux jours avant sa naissance. Ceci a lieu toutes les fois que le petit réussit à percer avec son beclechorion (l'allantoïde), et à pénétrer dans l'espace plein d'air, qui se trouve au gros bout de l'œuf.
Page 186 - ... c'est dans la seconde moitié du troisième jour qu'apparaît la première trace de la seconde circulation qui doit remplacer la première trop imparfaite pour suffire aux besoins actuels du jeune oiseau. Pendant le développement de l'embryon , le fait de la disparution du blanc d'œuf est bien remarquable. Cette partie de l'œuf devient de plus en plus visqueuse , à mesure qu'elle cède davantage de son eau au vitellus qui s'accroît à ses dépens. On sait que le blanc d'œuf finit par être...
Page 256 - C'est même cette constance dans le rapport de ce genre de contexture avec la disposition des bras , qui nous a fait y attacher plus d'importance ; car elle nous a paru dépendre d'une coïncidence de caractère d'une valeur zoologique d'autant plus grande , que ce manteau, qui forme la coquille, est en même temps un organe de respiration. Les coquilles testacées de contexture perforée se retrouvent encore chez les genres vivants , Terebratula , Terebratella , Terebratulina, Thecidea, Megathiris.
Page 251 - ... on pourra toujours reconnaître l'existence de cette sorte de bras. Parmi les bras non susceptibles d'allongement, nous voyons trois modifications : dans la première, les bras contournés , charnus, comme chez les Orbicula , ne laissent , il est vrai , aucunes traces , mais la forme exceptionnelle de la coquille peut en faire rapprocher les genres perdus. Dans la seconde, comme les bras...

Bibliographic information