Histoire du Palais de justice de Paris et du Parlement, 860-1789: moeurs, coutumes, institutions judiciaires, procès divers, progrès légal (Google eBook)

Front Cover
Durand, 1860 - History - 392 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 311 - Allez dire au premier consul, que je meurs avec le regret de n'avoir pas assez fait pour vivre dans la postérité.
Page 246 - Vous faisons entendre que si vous nous avez voulu ou voulez nous charger, que jamais nous ayons fait chose qu'un gentilhomme aimant son honneur ne doive faire, nous disons que vous avez menti par la gorge, et qu'autant de fois que vous le direz vous mentirez...
Page 83 - ... premier état. Les citoyens de la France, même depuis Clovis , sous la première , et longtemps sous la deuxième race, étaient tous d'une condition égale, soit Francs, soit Gaulois, et cette égalité...
Page 21 - Il ya tant de i prévois et de baillis, que nous n'avons pas une • heure de paix ; tous les jours ils nous courent sus , > prennent nos meubles et nous chassent de nos » terres. Il n'ya nulle garantie pour nous contre les » seigneurs et leurs sergents , et nul pacte ne tient > avec eux.
Page 342 - Il présuma trop de son pouvoir ; il s'imagina qu'il modérerait la cour et sa compagnie : il ne réussit ni à l'un ni à l'autre. Il se rendit suspect à tous les deux, et ainsi il fit du mal avec de bonnes intentions. La préoccupation y contribua beaucoup. Elle...
Page 53 - que la royauté n'est qu'une charge publique, » dont vous rendrez un compte rigoureux à celui » qui seul dispose des sceptres et des couronnes.
Page 115 - H, p. 25), ce que les formes judiciaires, entre les mains des procureurs, des huissiers et des greffiers, enlèvent au peuple. Comment peut-il suffire à entretenir sans cesse ce régiment dévorateur...
Page 43 - Une femme est accusée d'adultère par son mari ; elle nie longtemps le fait devant le juge, et comme on ne peut la convaincre par son aveu , l'ordre est donné 'de la plonger dans l'eau. Le peuple accourt, on la mène sur le pont de la Saône, on lui attache avec une corde une pierre au cou, on la précipite , et le mari l'accompagne de ses injures : Va te laver dans les eaux profondes des souillures et des débauches dont tu as sali ma couche.
Page 132 - États de 1308. Mais rien n'est plus remarquable que les termes de l'ordonnance par laquelle il confirme l'affranchissement des serfs du Valois, accordé par son frère : « Attendu que toute créature humaine qui est formée à l'image de...
Page 302 - Dieu, au roi et à la justice; de là conduit à la place de Grève, et, sur un échafaud qui y sera dressé, tenaillé aux mamelles, bras, cuisses et gras des jambes. Sa main...

Bibliographic information