Dictionnaire de physiologie, Volume 6 (Google eBook)

Front Cover
F. Alcan, 1904
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 338 - ... ne peuvent respirer et se nourrir qu'en assimilant du gaz oxygène libre, il y aurait une classe d'êtres dont la respiration serait assez active pour qu'ils puissent vivre, hors de l'influence de l'air, en s'emparant de l'oxygène de certaines combinaisons, d'où résulterait pour celles-ci une décomposition lente et progressive. Cette...
Page 266 - Quel monstre est ce , que cette goutte de semence , de quoy nous sommes produicts, porte en soy les impressions, non de la forme corporelle seulement , mais des pensements et des inclinations de nos peres ? cette goutte d'eau , où loge elle ce nombre infiny de formes...
Page 8 - La faim ne me tourmente plus; la soif a entièrement cessé; l'estomac et les intestins sont tranquilles, la tête sans nuage, la vue claire. En un mot, un calme universel règne, non seulement dans mon cœur et dans ma conscience, mais encore dans toute mon organisation. « Le peu de moments qui me restent s'écoulent tout doucement comme l'eau d'un petit ruisseau à travers une belle et délicieuse prairie. La lampe va s'éteindre faute d'huile.
Page 314 - Creusez un trou dans une brique, mettez-y de l'herbe de basilic pilée, appliquez une seconde brique sur la première de façon que le trou soit parfaitement couvert; exposez les deux briques au soleil, et, au bout de quelques jours, l'odeur de basilic, agissant comme ferment, changera l'herbe en véritables scorpions.
Page 266 - Nous n'avons que faire d'aller trier des miracles et des difficultez estrangieres; il me semble que parmy les choses que nous veoyons ordinairement, il ya des estrangetez si incompréhensibles, qu'elles surpassent toute la difficulté des miracles...
Page 126 - RICUET, à ce phénomène d'un cœur qui continue à battre, qui reçoit du sang oxygéné, puisque l'hématose a été rétablie, et qui cependant dans quelques secondes va mourir malgré la circulation du sang oxygéné. Tout se passe comme s'il était empoisonné d'une manière durable par des contractions fréquentes s'étant produites au sein d'un liquide peu oxygéné. Le poison qui s'est formé alors a intoxiqué définitivement les cellules ganglionnaires du cœur. C'est, en un mot, un effet...
Page 38 - J'ai montré que l'origine de la fatigue est périphérique et qu'il existe une hiérarchie des plus accentuées entre les tissus au point de vue de leur résistance à la fatigue. Les centres réflexes de la moelle sont plus résistants à la fatigue que les centres psychomoteurs, et les uns et les autres sont plus résistants que l'appareil périphérique terminal. Celui-ci étant constitué de terminaisons nerveuses et de substance contractile, une fatigabilité plus grande doit être attribuée...
Page 427 - C'est contre cette persistance de l'état de dénutrition ou de calorification due à la suractivité des vasodilatateurs, que la thérapeutique doit chercher à réagir, soit en trouvant un moyen de mettre en jeu le système nerveux vasoconstricteur. de manière à ramener le froid dans le milieu intérieur, soit en substituant à l'action nerveuse physiologique des équivalents physiques, tels que les réfrigérations artificielles extérieures ou intérieures du milieu sanguin '.* Théorie de...
Page 176 - ... et insuffisants pour assurer la restauration complète d'une courbe à une autre. La loi de la décroissance du quotient de la fatigue signifie que la fatigue des mouvements volontaires envahit en premier lieu les organes périphériques, car des deux facteurs constituants du quotient de la fatigue, le premier (hauteur) est fonction du travail des muscles, le deuxième (nombre) est fonction du travail des centres nerveux volontaires. — Le travail des centres est fonction du temps (nombre de...
Page 8 - A onze heures, j'arrive au terme de mon existence avec la sérénité du juste. La faim ne me tourmente plus; la soif a entièrement cessé; l'estomac et les intestins sont tranquilles, la tête sans nuage, la vue claire. En un mot, un calme universel règne, non seulement dans mon cœur et dans ma conscience, mais encore dans toute mon organisation.

Bibliographic information