Procès complet d'Edme-Samuel Castaing, docteur en médecine (Google eBook)

Front Cover
Pillet, 1823 - Trials (Murder) - 134 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 28 - ... et il est bien apparent qu'il avait le vif désir de recueillir tout ce qui en était passé dans la fortune d'Auguste, et, avec cette seconde proie, toute la fortune même de celui-ci, puisqu'il s'était fait faire par lui un testament qui lui donnait tout ce qu'il possédait. » Toutefois Castaing n'ignorait pas qu'un testament est un acte bien fragile, et toujours destructible au premier caprice du testateur. » Et Auguste se refroidissait! » Et Auguste voulait aller demeurer loin de lui...
Page 1 - ... voisins, tout le monde fut frappé de stupeur; tout le monde s'était demandé ce que cela signifiait, et ce qu'étaient ces deux étrangers : des soupçons affreux, quoique vagues encore, s'élevèrent sur celui qui survivait. Une circonstance vint tout-à-coup leur donner plus de gravité : on apprit, avec une sorte de terreur, que le jeune homme survivant était légataire universel du prédécédé , et que celui-ci était riche.
Page 28 - C'est sur ces entrefaites mêmes, et vers la fin du mois de mai, que se lie entre Auguste et Castaing une partie de campagne, sans que personne puisse savoir ni dire comment elle s'arrangea, lequel des deux la proposa, pourquoi ils la firent seuls, et enfin quel en fut le but.
Page 1 - Le 1 er juin dernier, est mort dans une auberge de Saint-Cloud un jeune homme qui, deux jours auparavant, y était arrivé par les petites voitures, bien portant, sans domestiques, et en compagnie d'un seul ami de son âge. » La maladie qui l'emporta avait commencé subitement le soir du vendredi 3o mai, lendemain de son arrivée, après avoir bu du vin chaud. Elle redoubla le samedi matin, après avoir pris une tasse de lait froid. Elle devint une agonie le même jour, quelques minutes . après...
Page 29 - Ils furent de retour à neuf heures du soir, et Castaing demanda alors une demi-bouteille de vin chaud sans sucre, attendu qu'ils avaient le leur avec eux. » Le vin fut monté, et les voyageurs y mirent de leur sucre et des citrons que Castaing avait achetés.
Page 33 - II est temps de dévoiler les parties de sa conduite que, dans ces trois tristes journées, il avait espéré de couvrir d'un mystère impénétrable ; et pour cela, il devient nécessaire de se reporter à la première de ces trois journées, celle du vendredi 3o mai. » On se rappelle qu'Auguste, après avoir pris la veille, vers son coucher, ce vin si suspect, avait passé une très-mauvaise nuit, si mauvaise que, de l'aveu même de Castaing, il n'avait pu se lever le matin. « On se rappelle...
Page 29 - Cette nuit n'a eu pour témoin que Castaing , l'on sent que son récit ne peut être admis qu'avec une extrême circonspection. Quoi qu'il en soit, voici ce dont lui-même est obligé de convenir. »Auguste fut agité toute la nuit; il ne dormit pas, il se plaignit plusieurs fois à Castaing de ne pouvoir rester en place.
Page 29 - Tête-Noire, à Saint-Cloud, le jeudi 29 mai vers neuf heures du soir. On donna aux voyageurs une chambre à deux lits qu'ils occupèrent ensemble , et Castaing paya 5 fr. d'arrhes. » Les deux amis se promenèrent...
Page 1 - La maladie qui l'emporta avait commencé subitement le soir du vendredi 3o mai, lendemain de son arrivée, après avoir bu du vin chaud. Elle redoubla le samedi matin, après avoir pris une tasse de lait froid. Elle devint une agonie le même jour, quelques minutes . après qu'il eut avalé une cuillerée de potion calmante; dès ce moment il perdit connaissance. Il expira le dimanche, à une heure après midi, sans l'avoir recouvrée. » La maladie parut extraordinaire, sa marche bien brusque, la...
Page 119 - ... n'ont pas été faites; et si Castaing ne nous montre pas, ne nous indique pas ce qu'est devenu le poison qu'il a acheté en grande quantité, et qu'on n'a pas retrouvé où il prétend l'avoir jeté, il faudra bien en conclure que c'est le poison qui a donné la mort à Auguste Ballet. » Je pouvais, dit en terminant Me Persil, intéresser votre cœur, en vous présentant l'infortuné Ballet luttant contre la mort; la société alarmée redoutant les suites de cette funeste découverte des poisons,...

Bibliographic information