La parole intérieure et l'âme (Google eBook)

Front Cover
Berger-Levrault, 1892 - Psycholinguistics - 165 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 13 - Lorsqu'un modèle se présentait, je le regardais attentivement pendant une demi-heure, esquissant de temps en temps ses traits sur la toile. Je n'avais pas besoin d'une plus longue séance ; j'enlevais la toile et je passais à une autre personne. Lorsque je voulais continuer le premier portrait, je prenais l'homme dans mon esprit, je le mettais sur la chaise, où je l'aperce-vais aussi distinctement que s'il y eût été en réalité, et, je puis même ajouter, avec des formes et des couleurs plus...
Page 127 - L'expression et l'attitude de la curiosité se peignaient alors dans ses allures. Il restait des heures entières sur la table d'expériences où était attaché le sujet, chien ou lapin, comme en observation avec nous. « Mais ce qui a toujours paru l'intéresser ou l'intriguer le plus, c'est l'examen microscopique. A peine étais-je installé au microscope, que Bertrand s'empressait de monter sur la table ou sur mes épaules, et de se placer exactement dans la situation qu'il me voyait prendre,...
Page 120 - Évidemment cet animal savait ce qu'il faisait quand il simulait ta passion précisément opposée à celle qu'il ressentait en réalité; lorsque, dans l'emportement même du jeu, il restait assez maître de ses mouvements pour ne jamais me blesser. En réalité il jouait la comédie, et l'on ne peut jouer la comédie sans en avoir conscience. Je crois inutile d'insister sur tant d'autres faits que je pourrais invoquer et je renvoie aux ouvrages des naturalistes qui se sont occupés de cette question,...
Page 48 - ... apprend à tourner la tête ou les yeux, c'est-à-dire par tâtonnements et essais perpétuels. Vers trois mois et demi, à la campagne, on la mettait au grand air sur un tapis dans le jardin; là, couchée sur le dos ou sur le ventre, pendant des heures entières elle s'agitait des quatre membres et poussait une quantité de cris et d'exclamations variées, mais rien que des voyelles, pas de consonnes; cela dura ainsi plusieurs mois. Par degrés, aux voyelles se sont ajoutées des consonnes,...
Page 13 - J'enlevais la toile et je passais à une autre personne. Lorsque je voulais continuer le premier portrait, je prenais l'homme dans mon esprit, je le mettais sur la chaise, où je l'apercevais aussi distinctement que s'il y eût été en réalité, et je puis même ajouter avec des formes et des couleurs plus arrêtées et plus vives. Je regardais de temps...
Page 102 - ... placée la ville ainsi dénommée. Je me hâte de consulter un dictionnaire géographique, et, à mon grand étonnement, je constate que l'interlocuteur de mon rêve savait mieux la géographie que moi, c'est-à-dire, bien entendu, que je m'étais rappelé en rêve un fait oublié à l'état de veille, et que j'avais mis dans la bouche d'autrui ce qui n'était qu'une mienne réminiscence.
Page 153 - ... introduit dans les principales sociétés de Londres. Enfin, il revint à la NouvelleGalles du Sud , et la première fois que je le vis, après son retour, il était assis , tout nu , sur le tronc d'un arbre dans les bois, à huit milles environ au nord de Parramatta.
Page 14 - Je regardais de temps à autre la figure imaginaire, et je me mettais à peindre; je suspendais mon travail pour examiner la pose, absolument comme si l'original eût été devant moi ; toutes les fois que je jetais les yeux sur la chaise-, je voyais l'homme.
Page 96 - ... foule d'aventures que j'ai oubliées, je me trouvai rue Jacob, chez M. Pelletier, le chimiste, et, dans une conversation que j'eus avec lui, il me donna une pelle de zinc, qui fut mon grand cheval de bataille dans un rêve subséquent, plus fugace que les précédents, et que je n'ai pu me rappeler.
Page 110 - Mais, plus je réfléchis, plus je me confirme dans la conviction que l'homme et l'animal pensent et raisonnent en vertu d'une faculté qui leur est commune et qui est seulement énormément plus développée dans le premier que dans le second. Ce que je viens de dire de l'intelligence je n'hésite pas à le dire aussi du langage qui en est la plus haute manifestation.

Bibliographic information