Oeuvres choisies de P. de Ronsard: avec notice (Google eBook)

Front Cover
Garnier frères, 1879 - 370 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 108 - Vivamus mea Lesbia, atque amemus, rumoresque senum severiorum omnes unius aestimemus assis! Soles occidere et redire possunt: nobis cum semel occidit brevis lux, nox est perpetua una dormienda.
Page 58 - Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la rose En sa belle jeunesse, en sa première fleur, Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur, Quand l'Aube de ses pleurs au point du jour l'arrose; La grâce dans sa feuille et l'amour se repose...
Page 16 - TV^ARIE, levez-vous, vous estes paresseuse, Ja la gaye alouette au ciel a fredonné, Et ja le rossignol doucement jargonné, Dessus l'espine assis, sa complainte amoureuse. Sus debout, allons voir l'herbelette perleuse, Et vostre beau rosier de boutons couronné, Et vos œillets mignons ausquels aviez donné Hier au soir de l'eau d'une main si songneuse.
Page 18 - Munere sic niveo lanae, si credere dignum est, Pan deus Arcadiae captam te, Luna, fefellit, In nemora alta vocans ; nec tu aspernata vocantem.
Page 50 - O Rime ! qui que tu sois, Je reçois Ton joug ; et long-temps rebelle, Corrigé, je te promets Désormais Une oreille plus fidèle. Mais aussi devant mes pas Ne fuis pas ; Quand la Muse me dévore, Donne, donne par égard Un regard Au poète qui t'implore ! Dans un vers tout défleuri, Qu'a flétri L'aspect d'une règle austère, Ne laisse point murmurer.
Page 69 - QUAND vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle, Assise auprès du feu, dévidant et filant, Direz chantant mes vers, en vous émerveillant: Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle.
Page 143 - Mais tousjours ma jeunesse fuit, Et la vieillesse qui me suit De jeune en vieillard me transforme. Bois, bien que perdiez tous les ans En...
Page 145 - Le petit enfant Amour Cueilloit des fleurs à l'entour D'une ruche, où les avettes Font leurs petites logettes. Comme il les alloit cueillant, Une avette sommeillant Dans le fond d'une fleurette, Luy piqua la main douillette.
Page 150 - Vient loger Tous les ans en ta ramée. Sur ta cime il fait son ny Tout uny De mousse et de fine soye, Où ses petits esclorront, Qui seront De mes mains la douce proye. Or vy, gentil...
Page xxxvii - Elle n'ose jamais procéder que suivant la méthode la p.lus scrupuleuse et la plus uniforme de la grammaire ; on voit toujours venir d'abord un nominatif, substantif qui mène son adjectif comme par la main ; son verbe ne manque pas de marcher derrière, suivi d'un adverbe qui ne souffre rien entre deux, et le régime appelle aussitôt un accusatif, qui ne peut jamais se déplacer. C'est ce qui exclut toute suspension de l'esprit, toute attention, toute surprise, toute variété, et souvent toute...

Bibliographic information