Précis de l'histoire de l'astronomie (Google eBook)

Front Cover
V. Courcier, 1821 - Astronomy - 160 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 31 - Les éléments les plus délicats de l'Astronomie paraissent avoir été l'objet de ses recherches ; malheureusement elles ne sont point parvenues jusqu'à nous. Le seul de ses Ouvrages qui nous reste est son Traité Des grandeurs et des distances du Soleil et de la Lune, dans lequel il expose la manière ingénieuse dont il essaya de déterminer le rapport de ces distances. Aristarque mesura l'angle compris entre les deux astres au moment où il jugea l'exacte moitié du disque lunaire éclairée....
Page 117 - Il conclut, de l'égalité de l'action à la réaction, que le Soleil pèse vers les planètes, et celles-ci vers leurs satellites, et même que la Terre est attirée par tous les corps qui pèsent sur elle. Il étendit ensuite cette propriété à toutes les parties de la matière, et il établit en principe que chaque molécule de matière attire toutes les autres, en raison de sa masse et réciproquement au carré de sa distance à la molécule attirée. Ce principe n'est pas simplement une hypothèse...
Page 75 - à la soixante-dixième année de mon âge , constitué « personnellement en justice, étant à genoux, et ayant « devant les yeux les saints Évangiles que je touche de « mes propres mains; d'un cœur et d'une foi sincères, « j'abjure, je maudis et je déteste l'erreur, l'hérésie du
Page 138 - La loi de l'attraction réciproque au carré de la distance est celle des émanations qui partent d'un centre. Elle paraît être la loi de toutes les forces dont l'action se fait apercevoir à des distances sensibles, comme on l'a reconnu dans les forces électriques et magnétiques.
Page 128 - ... expressions , une foule de vérités nouvelles et inattendues, Aucune langue n'est autant susceptible de l'élégance qui naît du développement d'une longue suite d'expressions enchaînées les unes aux autres , et découlant toutes , d'une même idée fondamentale. L'analyse réunit encore à ces avantages , celui de pouvoir toujours conduire aux...
Page 122 - On le lit avec le même intérêt dans tous les âges; et sa réputation, loin de s'affaiblir par le temps, s'augmente par les vains efforts de ceux qui cherchent à l'égaler, Les sciences , au contraire , sans bornes comme la nature, s'accroissent à l'infini par les travaux des générations successives...
Page 18 - L'origine de l'Astronomie en Perse et dans l'Inde, se perd comme chez tous les peuples, dans les ténèbres des premiers temps de leur histoire. Les Tables indiennes supposent une Astronomie assez avancée ; mais tout porte à croire qu'elles ne sont pas d'une haute antiquité.
Page 160 - Séduit par les illusions des sens et de l'amour-propre, l'homme s'est regardé longtemps comme le centre du mouvement des astres et son vain orgueil a été puni par les frayeurs qu'ils lui ont inspirées. Enfin plusieurs siècles de travaux ont fait tomber le voile qui cachait à ses yeux le système du monde.
Page 114 - Picard venait de mesurer en France , un degré du méridien : Newton reconnut au moyen de cette mesure , que la lune était retenue dans son orbite , par le seul pouvoir de la gravité supposée réciproque au carré des distances. D'après cette loi , il trouva que la ligne décrite par les corps dans leur chute , est une ellipse dont le centre de la terre occupe un des foyers.
Page 70 - Ptolémée, pour expliquer les mouvemens directs et rétrogrades des planètes, disparurent : Copernic ne vit dans ces singuliers phénomènes, que des apparences produites par la combinaison du mouvement de la terre autour du soleil, avec celui des planètes ; et il en conclut les dimensions respectives de leurs orbes, jusqu'alors ignorées. Enfin, tout annonçait dans ce système, cette belle simplicité qui nous charme dans les moyens de la nature, quand nous sommes assez heureux pour les connaître.

Bibliographic information