Les femmes bibliophiles de France (XVIe, XVIIe, & XVIIIe siècles) (Google eBook)

Front Cover
D. Morgand [Lille, Impr. L. Danel], 1886 - Bookbinding
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Related books

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 244 - J'ai la jambe droite et le pied bien fait; mes cheveux sont blonds et d'un beau cendré ; mon visage est long, le tour en est beau ; le nez grand et aquilin; la...
Page 449 - Sa gaieté jeune, vive, active, animait tout, et Sa légèreté de nymphe la portait partout comme un tourbillon qui remplit plusieurs lieux à la fois , et qui y donne le mouvement et la vie. Elle ornait tous les spectacles, était l'âme des fêtes , des plaisirs, des bals, et y ravissait par les grâces, la justesse et la perfection de sa danse.
Page 304 - Il n'étoit pas possible d'avoir plus d'esprit, de fine politesse, des expressions singulières, une éloquence, une justesse naturelle qui lui formoit comme un langage particulier, mais qui étoit •délicieux, et qu'elle communiquoit si bien par l'habitude que...
Page 226 - Qui fut l'illustre Protectrice Des Arts que les Neuf Sœurs inspirent aux Humains. Rome lui donna la Naissance ; Elle vint rétablir en France La Gloire des anciens Romains ; Sa Maison , des Vertus le Temple , Sert aux Particuliers d'un merveilleux Exemple Et pourrait bien instruire encor les Souverains.
Page 245 - ... d'estime, ce qui est sensible au dernier point à ceux qui ont du cœur et de l'honneur. Je suis fort méchante ennemie , étant fort colère et fort emportée ; et cela joint à ce que je suis née , peut bien faire trembler mes ennemis ; mais aussi j'ai...
Page 245 - ... ce n'est pas que je ne sois incomparablement mieux ajustée ; mais la négligence me sied moins mal qu'à une autre ; car, sans me flatter, je dépare moins ce que je mets, que ce que je mets ne me pare. Je parle beaucoup sans dire de sottises ni de mauvais mots : je ne parle point de ce que je n'entends pas , comme font d'ordinaire les gens qui aiment à parler, et qui, se fiant trop en eux-mêmes , méprisent les autres. J'ai de certains chapitres, où l'on me feroit volontiers donner dans...
Page 216 - Le Cabinet du Roy de France, dans lequel il ya trois perles précieuses d'inestimable valeur, par le moyen desquelles sa Majesté s'en va le premier monarque du monde, et ses sujets du tout soulagez.
Page 285 - DIVERS écrits || ou || Mémoires || sur le livre intitulé : || Explication || des maximes des saints, etc.
Page 108 - Estant en l'aage de treize à quatorze ans , elle déclama devant le roy Henry, la reyne, et toute la court, publiquement en la salle du Louvre, une oraison en latin qu'elle avoit faicte, soubtenant et deffendant, contre l'opinion commune, qu'il estoit bien séant aux femmes de sçavoir les lettres et arts libéraux.
Page 447 - Je l'ai montrée de temps en temps à ceux qui s'approchaient et je l'ai considérée de toutes manières, pour vous mander ce qu'il m'en semble. Elle a la meilleure grâce et la plus belle taille que j'aie jamais vue, habillée à peindre et coiffée de même ; des yeux vifs et très beaux...

References from web pages

2006 LC Hardcover cat.
Reference: Quentin Bauchart Les Femmes Bibliophiles de France, volume I, p. 231 - 24. Tchemerzine Editions Originales et Rares XV - XVIII siecles, , vol. ...
www.librairieclermont.com/ tables/ pdfcatalogues/ files/ file1_2.pdf

Marguerite de Valois : La Ruelle mal assortie (ca1610)
Quentin Bauchart, dans Les Femmes bibliophiles de France, signale, t. 1 (1886), p. 155, n° 49, dans la bibliothèque de Marguerite, Les Oeuvres de Pierre de ...
www.miscellanees.com/ m/ laruelle.htm

Bibliographic information