Jeanne de France, duchesse d'Orléans et de Berry (Google eBook)

Front Cover
1883
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 343 - J'ai réuni à la couronne le duché de Bourgogne, le comté de Provence et la Guyenne même. Louis XII. — Je t'entends : tu savais l'art de te défaire d'un frère pour avoir son partage ; tu as profité du malheur du duc de Bourgogne, qui courut à sa perte ; tu gagnas le conseiller du comte de Provence pour attraper sa succession. Pour moi, je me suis contenté...
Page 142 - France , le roi le reçut comme si c'eût été le pape, se jetant à genoux devant lui pour le conjurer de prolonger sa vie. Ses réponses parurent bien sages , et telles qu'on pouvait les attendre d'un si digne personnage. Sa renommée , son extérieur vénérable et jusqu'à son langage italien, le faisaient paraître comme un être miraculeux. Il y avait des hommes, et même des plus raisonnables , à qui il semblait que le SaintEsprit1 parlait par sa bouche, et qu'il était inspiré de Dieu.
Page 220 - lui dit-elle, je me recommande bien fort à votre « bonne souvenance, en laquelle je vous prie que je de« meure; et me faites ce plaisir de souvent me faire « savoir de vos nouvelles. Il m'est bien arrivé en mal « de ce que je ne vous vois plus. » Elle lui parle ensuite, à mots couverts, des torts de son époux, leS excuse, et la supplie de s'intéresser à lui. La Cour, comme on l'a vu, étoit de retour à Paris depuis le mois de janvier 1489. Madame y reçut une ambassade du sultan Bajazet...
Page 16 - Et autant pour mes officiers, Voire, par Dieu, plus de soixante, Sans les bagaiges et sommiers. Loger nous fauldra par quartiers. Se les hostelz sont trop petis Touteffoiz pour une vesprée En gré prendray, soit mieulx ou pis, L'ostellerie de Pensée.
Page 57 - Trois députés du chapitre vinrent jusque-là audevant de lui *; le sire de Lafayette, gentilhomme de ce pays et gendre du sire de Polignac, qui était un bien puissant seigneur dans ces montagnes , fit l'office de chambellan et présenta les chanoines. Après une respectueuse harangue , ils offrirent au roi les clefs de leur cloître et de la miraculeuse chapelle des rochers. Ils s'étaient agenouillés pour lui parler. « Relevez-vous, leur dit-il affectueu...
Page 257 - Ir et contrainct mariage, que facillement , selon son jugement , pourroit estre solu , actendu qu'il n'avoit icelluy consummé ne eu d'icelle dame , charnelle congnoissance : toutesfoiz que le mieulx seroit sur ce assembler gens lectrez , ayans le savoir et l'expérience de telles matières , et que cependant sentiroit le vouloir de ladicte dame, ce qu'il feit; car, par le commandement du Roy, ung jour alla vers elle et luy dist : « Madame , le Roy se recommande très-fort » à vous, et m'a chargé...
Page 220 - ... cris au Roi , et le tout verrez. Je vous prie que teniez « la main que les choses puissent venir en bon effet, et « vous obligerez mondit mari et moi à vous à toujours ; « et sur ce, je vous dis adieu, ma sœur. » La duchesse d'Orléans, craignant sans doute que cette sollicitation ne soit pas assez pressante, ajoute en post scriptum: « Ma sœur, je vous prie que teniez la main que j'aie
Page 45 - M. de Warwick que le roi l'aidera de tout son pouvoir à recouvrer le royaume d'Angleterre , par le moyen de la reine Marguerite , ou pour qui il voudra ; car le roi aime- mieux lui que la reine Marguerite ou son fils ; et , pour l'amour de M. de Warwick , s'est toujours tenu aussi étranger à eux que s'il ne les avait jamais vus.
Page 137 - ... ses forces et déclinait rapidement vers la mort. Il était retourné s'enfermer dans son château du Plessis , et maintenant il n'en sortait plus. Il ne pouvait monter à cheval ni aller à la chasse; il était même trop faible pour descendre dans l'étroite cour de ce château. Son seul passe-temps était de se tenir dans la galerie qui conduisait à la chapelle. C'était une cruelle contrainte pour un génie si actif et si inquiet. L'ennui le dévorait et s'ajoutait à ses maux ; il ne savait...
Page 16 - Voulentiers en ce point feroye, De Confort la voille tendroye, Se je cuidoye seurement Avoir, ainsi que je vouldroye, A plaisir et a gré le vent.

Bibliographic information