Friedrich Heinrich Jacobi's Werke, Volume 4, Part 1 (Google eBook)

Front Cover
G. Fleischer, 1819
1 Review
  

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

JW 4 1

Related books

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 252 - Nous avons une impuissance de prouver, invincible à tout le dogmatisme ; nous avons une idée de la vérité, invincible à tout le pyrrhonisme.
Page 219 - Chaque monade, avec un corps particulier, fait une substance vivante. Ainsi il n'ya pas seulement de la vie partout, jointe aux membres ou organes; mais même il ya une infinité de degrés dans les monades, les unes dominant plus ou moins sur les autres.
Page 219 - Et par conséquent une monade en elle-même, et dans le moment, ne saurait être discernée d'une autre que par les qualités et actions internes, lesquelles ne peuvent être autre chose que ses perceptions (c'est-à-dire, les représentations du composé , ou de ce qui est dehors dans le simple), et ses appétitions (c'est-à-dire, ses tendances d'une perception à l'autre), qui sont les principes du changement.
Page 220 - ... dans les monades, les unes dominant plus ou moins sur les autres. Mais quand la monade a des organes si...
Page 140 - Les idées (c'est-à-dire , la pensée déterminée d'une certaine manière) sont caractérisées par leur contenu ; mais ce contenu, ou ce qui lui répond, ne produit pas la pensée.
Page 147 - L'un détruit l'autre : ce qui nous mène au plus parfait repos, et à la vraie inertie. J'en conclus premièrement , que l'univers matériel, si action et...
Page 198 - Intellectus actu, sive is finitus sit sive infinitus, ut et voluntas, cupiditas, amor, etc., ad Naturam Naturatam non vero ad Naturantem, referri debent.
Page 73 - Quomodo autem id sciam, si roges, respondebo : eodem modof, ac tu scis tres angulos trianguli aequales esse duobus rectis ; et hoc sufficere negabit nemo, cui sanum est cerebrum, nec spiritus immundos somniat, qui nobis ideas falsas inspirant veris similes. Est enim verum index sui et falsi.
Page 147 - Les parties de l'univers matériel me paroissent faire entre elles de ces qualités un trafic, un commerce. Une partie en mouvement communique son mouvement à une autre partie en repos, et en reçoit le repos en retour. L'action et la réaction , quels qu'en soient les principes, sont égales. Ainsi , la somme de toute action, dans l'univers, est égale à celle de toute réaction. L'un détruit l'autre : ce qui nous mène au plus parfait repos, et à la vraie inertie.
Page 209 - ... ad majorem minoremve perfectionem transit, quando ei aliquid de suo corpore vel aliqua ejus parte affirmare contingit , quod plus minusve realitatis involvit, quam antea. Cum igitur supra dixerim, Mentis cogitandi potentiam augeri vel minui, nihil aliud intelligere volui, quam quod Mens ideam sui Corporis vel alicujus ejus partis formaverit, quae plus minusve realitatis exprimit , quam de suo Corpore affirmaverat. Nam idearum praestantia et actualis cogitandi potentia ex objecti praestantia aestimatur....

Bibliographic information