Annales des sciences naturelles: Zoologie (Google eBook)

Front Cover
Masson, 1859 - Zoology
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 67 - Rome 69i, sous le consulat de Cicéron. On appelait dibapha la pourpre qui , par une dépense magnifique alors , avait été teinte deux fois, comme le sont aujourd'hui presque toutes les pourpres les plus recherchées. Des étoffes dites conchyliennes. LXIV.
Page 75 - L'autre se nomme Pourpre ; son bec se prolonge contourné en » volute et creusé en canal pour donner passage à la langue. De » plus, la coquille est couverte de pointes jusqu'au sommet : ces » pointes, disposées en rond, sont ordinairement au nombre de » sept ; le Buccin n'en a point...
Page 92 - De chaque côté de la tête, à une petite distance, sont des rudiments d'oreilles externes. Il n'existe qu'un seul membre supérieur, à gauche, moitié inclus dans la poche, moitié au dehors, et la main est bien conformée. Celui du côté droit fait défaut. La face postérieure du corps ne présente rien à noter, ni pour la partie supérieure dont nous avons déjà signalé la surface répondant au cuir chevelu, ni pour la partie inférieure qui ne montre nulle part de trace de perforation...
Page 64 - Le buccin ne s'emploie pas seul; la couleur ne tiendrait pas. On le mêle à la pourpre, et de ce mélange on obtient cette teinture que l'on recherche, et qui est le résultat du sombre de la pourpre et du brillant de l'écarlate. Les deux couleurs ainsi combinées se prêtent réciproquement du sombre ou de l'éclat. Pour avoir une excellente teinture, il faut, pour cinquante livres de laine , mêler deux cents livres de buccin à cent onze livres de pourpre ; c'est ainsi que s'obtient cette superbe...
Page 71 - Corn de fel), surtout par un ciel nuageux, on voit, chose curieuse, le développement successif des couleurs simples qui, par leur mélange, forment les couleurs composées. « Ainsi de blanche, la matière devient jaune : voilà une première couleur simple; puis c'est le bleu qui se développe, et alors, avec le jaune qui existe déjà, il apparaît évidemment du vert. Le bleu va toujours augmentant, tandis que le jaune semble disparaître, aussi se fonce-t-il; et ceci est très marqué pour la...
Page 240 - VII. La commissure en fer à cheval envoie ses rameaux de fibres nerveuses dans les couches optiques jusqu'aux corps striés. On les poursuit facilement en pratiquant des sections horizontales. Pour cette raison la commissure doit être considérée comme un moyen essentiel d'union entre la moelle épinière et la moelle allongée d'une part, et, d'autre part, le cerveau et le cervelet. » VIII. Le cervelet doit être regardé comme une subdivision du système nerveux formé :
Page 244 - Tonquin , termine ces préliminaires du catéchisme universel. L'auteur le croit supérieur à ce qui se trouve d'analogue dans Locke et dans Condillac, qui tous deux, à son sens, laissent à désirer sous le rapport de la précision et de la clarté des idées. Son...
Page 87 - Or, il arrive constamment que des productions commencent à apparaître dans le ballon après vingt-quatre, trente-six ou quarante-huit heures au plus. C'est précisément le temps nécessaire pour que ces mêmes productions apparaissent dans l'eau de levûre sucrée lorsqu'elle est exposée au contact de l'air commun.
Page 89 - ... tous les ballons sont ouverts ; sans nul doute ce sont les sinuosités et les inclinaisons de leurs cols qui garantissent leur liquide de la chute des germes. L'air, il est vrai, est entré brusquement à l'origine, mais pendant toute la durée de sa rentrée brusque le liquide, très-chaud et lent à se refroidir, faisait périr les germes apportés par l'air, puis quand le liquide est revenu à une température assez basse pour rendre possible le développement de ces germes, l'air rentrant...
Page 85 - Le coton arrête une partie des corpuscules solides que l'air renferme. En le dissolvant dans un petit tube avec le mélange alcoolique éthéré et laissant reposer vingt-quatre heures, toutes les poussières se rassemblent au fond du tube, où il est facile de les laver par décantation, sans aucune perte, si l'on a soin de séparer chaque lavage par un repos de douze à vingt heures. On fait alors tomber les poussières dans un verre de montre, où le restant du liquide s'évapore promptement....

Bibliographic information