Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles imprimés ou inédits, Volume 6 (Google eBook)

Front Cover
Anatole de Montaiglon, Gaston Raynaud
Librairie des bibliophiles, 1890 - French poetry
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 59 - Et li sanniers pas ne s'oublie, Qui est de sa perte dolens, Si pense comment n'en quel sens II puist sa femme doner carge, Par coi ne soit mie si large. Tant pensa avant et arriere Qu'il devisa n'en fera chiere A sa feme, mais à la mer Le fera avoec li aler.
Page 21 - Or oiez ja grant aventure: II est si pris en la teinture Qu'il est plus teint et plus vermeil Qu'au matinet n'est le soleil 404 Au jor quant il doit plus roier.
Page 53 - Car nus ne la puet maintenir Qui en puist a bon cief venir. Je ne blasme pas le donner, Ne les bontés guerredoner; Mais il convient manière et sens De soi tenir ou droit assens Par coi on puist le gré avoir Des bons, sans perdre son avoir. Au fol large ne chaut de rien Ou ses avoirs voist mal ou bien Qui toutes gens mêle a .i.
Page 64 - J'esgarderai vostre chevance. » A tant s'en part. Ele demeure, En son lit fu dusk'a haute heure. Quant assés se fu...
Page 54 - S'il donne ou au bas u au haut, Et une gent a par le mont Qui souvent perdent ce k'il ont Par ce ke il ne sevent mie La grant paine ne la haschie 35 Qu'il convient au povre homme avoir, Ains qu'il puist avoir bon avoir.
Page 56 - Qui demeure à l'ostel à aise Et ki peu sent de sa mesaise. Si l'esvoille et si le tastonne, Tant l'esmuet et tant le tisonne, Comment que au preudome anuit, Qu'il veille dusk'à mie nuit Pour sa femme à son gré servir.
Page 59 - Devant ier quant vous en venistes, Mais or en soiiés clamés quites, Par si, quant demain i venrés, Que vous plus en aporterés. — Dame,
Page 66 - De mener sel par le païs. Et il n'en fu mie esbahis, Ains fist tant qu'il monteplia. Ainsi sa femme castoia Et mist hors de foie largueche. Si firent tant puis sans pereche Qu'il furent rice et aaisié Et entre leur voisins prisié...
Page 268 - Uns cuevrekiés à menus plois Vous y pent, dame, ce me samble, Qui, par le cor Dieu, bien resamble 195 Cou de quoi on cuevre sen cul. Che n'est mie de cuir de mul, Dame, dont ces lanières sont Qui vous pendent devant le front ; Bien croi que leur pères fu ciers.
Page 54 - Manoit un preudom et sa femme. Li preudom ne manouvroit el Fors que souvent aloit au sel ; Assés avoit fait sa journée, Quant il raportoit sa colée.

Bibliographic information