Génie Du Christianisme Et Défense Du Génie Du Christianisme Avec Notes Et éclaricements, Volume 1 (Google eBook)

Front Cover
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Related books

Selected pages

Contents


Common terms and phrases

Popular passages

Page 64 - Tu ne désireras point la maison de ton voisin, ni la femme de ton voisin , ni son serviteur, ni sa servante , ni son bœuf, ni son âne, ni rien de ce qui est à ton voisin.
Page 213 - Des dieux que nous servons connais la différence: Les tiens t'ont commandé le meurtre et la vengeance; Et le mien, quand ton bras vient de m'assassiner, M'ordonne de te plaindre et de te pardonner.
Page 207 - C'est le sang des héros défenseurs de ma loi ; C'est le sang des martyrs.... O fille encor trop chère! Connais-tu ton destin? sais-tu quelle est ta mère? Sais-tu bien qu'à l'instant que son flanc mit au jour Ce triste et dernier fruit d'un malheureux amour, Je la vis massacrer par la main forcenée, Par la main des brigands à qui tu t'es donnée...
Page 207 - Pour toi , pour l'univers , est mort en ces lieux mêmes , En ces lieux où mon bras le servit tant de fois, En ces lieux où son sang te parle par ma voix. Vois ces murs , vois ce temple envahi par tes maîtres : Tout annonce le Dieu qu'ont vengé tes ancêtres. Tourne les yeux , sa tombe est près de ce palais ; C'est ici la montagne où , lavant nos forfaits , II voulut expirer sous les coups de l'impie; C'est là que de sa tombe il rappela sa vie.
Page 64 - Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l'Eternel, ton Dieu, tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes.
Page 280 - Et quel besoin son bras at-il de nos secours? Que peuvent contre lui tous les rois de la terre? En vain ils s'uniraient pour lui faire la guerre : Pour dissiper leur ligue il n'a qu'à se montrer; II parle, et dans la poudre il les fait tous rentrer.
Page 258 - FÉLIX Enfin ma bonté cède à ma juste fureur : Adore-les, ou meurs. POLYEUCTE Je suis chrétien. FÉLIX Impie ! Adore-les, te dis-je, ou renonce à la vie. POLYEUCTE Je suis chrétien. FÉLIX Tu l'es?
Page 405 - ... inégal et sans suite à ceux qui ne l'ont pas assez pénétré; et les délicats de la terre, qui ont, disent-ils, les oreilles fines, sont offensés de la dureté de son Style irrégulier.
Page 266 - Il ya dans l'homme un instinct qui le met en rapport avec les scènes de la nature. Eh! qui n'a passé des heures entières assis, sur le rivage d'un fleuve, à voir s'écouler les ondes ! Qui ne s'est plu, au bord de la mer, à regarder blanchir l'écueil...
Page 264 - Les déserts ont pris sous notre culte un caractère plus triste, plus vague, plus sublime ; le dôme des forêts s'est exhaussé ; les fleuves ont brisé leurs petites urnes, pour ne plus verser que les eaux de l'abîme du sommet des montagnes : le vrai Dieu, en rentrant dans ses œuvres, a donné son immensité à la nature.

Bibliographic information