Isis ...: ptie. I. (Google eBook)

Front Cover
Dentu, 1862 - 226 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 86 - ... pays ou des âges. Il apporte certaines satisfactions immédiates à l'humanité, mais en définitive il crée des besoins nouveaux et suscite les compétitions brutales des appétits pour la satisfaction de ses besoins. Villiers salue bien les conquêtes matérielles de l'humanité qui dépassent tout ce que la poésie et la mythologie des anciens ont pu rêver de colossal et d'étrange. L'homme, de jour en jour, asservit des forces naturelles : l'eau, l'éclair, le feu; mais la science philosophique...
Page 92 - Toutefois, à propos de cette question de l'être et du néant, disparus et formulés tous deux à la fois dans on ne sait quel éternel devenir, la théorie de l'idéalisme hégélien semble sans appel ; l'Antinomie qui affirme l'identité de l'opposition la plus abstraite et la démontre, dans son en-soi, en reconstruisant logiquement la Nature, l'Humanité, la Pensée, — en forçant, pour ainsi dire, l'Apparaître à expliquer le motif de son explosion, — en mettant la Raison humaine de pair...
Page 221 - Simbad des légendes [...] était transporté dans les pays du prestige, des rêves, des merveilles et des pressentiments. L'immense chambre ressemblait à celle où la reine Cléopâtre laissait entrer ceux qu'elle remarquait
Page 102 - Que le monde soit âgé de six mille ans, ou d'autant de milliards de siècles, tout cela se vaut sous la réflexion : il faut toujours en venir au commencement, c'est-à-dire au non-sens, au mystère, à l'immémorial, à l'absurde.
Page 184 - Souvent, dans la campagne, un rayon de lune étreignant des ruines est une évocation. Les pierres, vêtues de mousses et de souvenirs, paraissent avoir vu tant d'histoires et d'événements oubliés ! Les légendes s'éveillent, les bois et les bruyères se peuplent de visions et de murmures. . . des formes se promènent dans le silence. Pareille au savant qui reconstruisait les fossiles de la nuit du monde avec un fragment de leurs défenses, l'âme recrée alors les temples, les manoirs et les...
Page 92 - Qui sommes-nous ? > Toutefois, à propos de cette question de l'être et du néant, disparus et formulés tous deux à la fois dans on ne sait quel éternel devenir, la théorie de l'idéalisme hégélien semble sans appel ; l'Antinomie qui affirme l'identité de l'opposition la plus abstraite et la démontre, dans son en-soi, en reconstruisant logiquement la Nature, l'Humanité, la Pensée, — en forçant, pour ainsi dire, l'Apparaître à expliquer le motif...
Page 13 - au lieu de soleil, nous avons des lustres, au lieu de visages, des masques, au lieu de sentiments, des sensations. Vous vous attendez à des hommes, à des femmes, à des jeunes gens ? Ceux qui nient les spectres ne connaissent pas le monde » (2)- Partout des fous, des ennuyés, des aveugles, que rend ivres un orgueil risible et puéril.
Page 196 - ... Fabriana roulait des reflets d'ombres ; c'étaient des vagues d'obscurité, lourdes et surtout comme lointaines8 »), tantôt elle est elle-même et, si elle représente l'Idée, c'est seulement (et fort platement) dans la mesure où elle a des idées « hégéliennes » - avec cinquante ans d'avance : Et, perdue dans la pensée, j'observais un point fixe de la Notion à laquelle j'étais déjà parvenue. Je méditais sur la correspondance de l'Universel, du Particulier et de l'Individuel avec...
Page 220 - Nuit, sur le grand mystère, Entr'ouvre ses écrins bleus : Autant de fleurs sur la terre Que d'étoiles dans les cieux ! On voit ses ombres dormantes S'éclairer, à tous moments, Autant par les fleurs charmantes Que par les astres charmants. Moi, ma nuit au sombre voile N'a, pour charme et pour clarté, Qu'une fleur et qu'une étoile: Mon amour et ta beauté!
Page 208 - II arrivera d'abord que cet enfant me verra par ses yeux et selon lui ; je ne serai en réalité que l'occasion du déploiement de sa pensée ; il se créera un être ineffable et indicible à mon sujet, et ce fantôme paré de toutes les notions vives qui lui sont propres, de la beauté absolue, sera le médiateur qu'il prendra pour moi. Ce qu'il aimera ce ne sera point moi, telle que je suis, mais cette personne de sa pensée que je lui paraîtrai.

Bibliographic information