Revue historique et archéologique du Maine, Volume 32 (Google eBook)

Front Cover
Imprimerie Monnoyer, 1892 - Maine (France)
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 82 - Or'* sur un mont, or' dans une valée, Or' pres d'une onde à l'escart recelée, Libre, folastre où son pié le conduit, De rets* ne d'arc sa liberté n'a crainte Sinon alors que sa vie est attainte D'un trait meurtrier empourpré de son sang. Ainsi...
Page 78 - Soles occidere et redire possunt: nobis cum semel occidit brevis lux, nox est perpetua una dormienda.
Page 94 - Rapport général sur les travaux des conseils d'hygiène publique et de salubrité du département de la HauteVienne pendant les années 1878 et 1879.
Page 82 - Comme un Chevreuil, quand le printemps destruit L'oyseux crystal de la morne gelée, Pour mieulx brouster l'herbette emmielée...
Page 75 - Audax omnia perpeti Gens humana ruit per vetitum nefas : Audax lapeti genus Ignem fraude mala gentibus intulit. Post ignem aetheria domo Subductum, Macies et nova Febrium Terris incubuit cohors, Semotique prius tarda necessitas Leti corripuit gradum.
Page 51 - Sy donnons en mandement, par ces mesmes présentes, à noz amez et feaulx conseillers, les gens tenans nostre Court de Parlement...
Page 263 - Lequel en vain ses doigtz mocquez allonge, Pour tastonner l'idole qui n'est pas : L'un fuit, l'un suit d'une vaine poursuite, Ainsi suyvant l'espoyr qui est en fuite, Et qui ne suit, je perdz en vain mes pas.
Page 31 - DE LA RUE : Essais historiques sur les bardes, les jongleurs et les trouvères normands et anglo-normands, suivis de pièces de Malherbe qu'on ne trouve dans aucune édition de ses œuvres I— III (Caen 1834).
Page 28 - Elle causait aussi une grande douleur à l'estomac, aux reins et aux jambes, avec une fièvre chaude accompagnée de fâcheux délires, et d'un dégoût de toutes les viandes, ainsi que du vin. — Coqueluchons , sorte de capuchons.
Page 266 - Lors qu'un blasmeur avec ses rôles, Pleins de mes plus braves parolles, Et des vers qui sont les plus miens, Grinçoit la dent envenimée, Et aboyoit ma renommée, Comme au soir la Lune est des chiens.

Bibliographic information