Lettres inédites de Duché de Vanci: contenant la relation historique du voyage de Philippe d'Anjour, appelé au trône d'Espagne, ainsi que des ducs du Bourgogne et de Berry, ses frères en 1700 (Google eBook)

Front Cover
Librairies de Lacroix et Sautelet, 1830 - Spain - 399 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 360 - ... prêtres , couvents de femmes , abbayes, etc. , etc. Il ya aussi deux superbes hôpitaux, l'un dit de la Charité , fondé en 1531 , à l'occasion d'une famine qui désola ces contrées , et l'autre, l'Hôtel-Dieu, dont l'origine remonte très haut, puisqu'on en attribue la fondation à Childebert , fils de Clovis , ainsi qu'il en est fait mention au cinquième concile d'Orléans, tenu en 549. L'intérieur de ce dernier consiste principalement dans la grande infirmerie, bâtie sur le dessin de...
Page 23 - L'ambassadeur se jeta à ses pieds et lui baisa la main, les yeux remplis de larmes de joie, et s'étant relevé, il fit avancer son fils et les Espagnols de sa suite, qui en firent autant. Il s'écria alors : « Quelle joie! il n'ya plus de Pyrénées; elles sont « abymées et nous ne sommes plus qu'un.
Page 357 - C'est un édifice qui a plutôt l'air d'un palais de prince que d'un monastère. Il est composé de quatre grands corps de logis qui forment une cour au milieu, dont on a fait un parterre ; la façade principale , qui donne sur la place des Terreaux, est embellie de deux ordres d'architecture en pilastres, le dorique et le corinthien ; un troisième ordre, en attique, s'élève au milieu et accompagne un belvédère à l'italienne qui domine sur tout le bâtiment et qui contribue beaucoup à donner...
Page 357 - Terreaux, est embellie de deux ordres d'architecture en pilas très , le dorique et le corinthien ; un troisième ordre, en attique, s'élève au milieu et accompagne un belvédère à l'italienne qui domine sur tout le bâtiment et qui contribue beaucoup à donner une grande apparence à toute cette façade. Mais la régularité ne s'y trouve pas, par malheur, et les ordres sont entièrement hors de proportion : on voit que ce sont deux femmes qui l'ont construit. L'église de St-Nizier est regardée...
Page 392 - A qui le saint pape Grégoire Donna des éloges de gloire , Qui mettent sa vertu bien haut. Sa piété pour nos mystères Lui fit fonder trois monastères Sous la règle de Saint-Benoist ; Saint- Martin , Saint-Jean, Saint-Andoche Sont trois saints lieux où l'on connoist Qu'elle est exempte de reproche.
Page 355 - ... celui d'Amsterdam. Ce fut en 1647 qu'on en jeta les premiers fondemens. Simon Maupin, voyer et architecte de Lyon , donna tous les dessins de ce grand édifice. C'est un carré long, isolé, composé de la facade, qui regarde sur la place des Terreaux , et de deux aîles en retour qui s' étendent à soixante et dix toises de longueur, et finissent sur un jardin.
Page 364 - Bellecour. Quelque temps après, le Consulat leur vint présenter à chacun un livre concernant les principales antiquités -et singularités de la ville et de la province, recueillies par le RP de Colonia , jésuite. Sur les cinq heures du soir, ils allèrent en chaise à l'opéra de Phaéton : la porte de la salle était gardée par le chevalier du guet à la .tête de la compagnie ; leur loge était tapissée d'un velours cramoisi avec des crépines d'or. Après l'opéra , les Princes allèrent...
Page 149 - N'être jamais à personne contraire, Mais d'obliger saisir l'occasion ; Prendre les arts sous sa protection; En beau chemin, content du nécessaire , D'accumuler fuir la contagion; Ce sont sentiers que peu d'hommes battirent Sans s'écarter, et plus de cinquante ans ; Ce sont vertus qui de la cour sortirent Le...
Page 115 - ... rière ; celle-ci est brune et celle-là blonde. Auprès du « bain se trouve une nourrice riante qui tient un petit « enfant sur ses bras, et c'est César, qui a été duc de « Vendôme, de qui sont descendus MM. de Vendôme, « que nous voyons aujourd'hui. L'appartement qu'occupe « le duc de Berry était celui de feue Mme de Gramont.
Page 371 - Leduc de Bourgogne fit voir que les bons livres ne lui étaient pas inconnus, et s'arrêta, ainsi que le duc de Berry, à considérer des globes et à examiner des manuscrits. Ils demandèrent ensuite à. voir le cabinet des médailles du P. de Lachaise , et 209 les autres antiques. Ils y furent conduits par le P. Colonia, qui leur expliqua la suite des empereurs romains en bronze., en argent et en or, les idoles de Rome et d'Egypte, les lampes qu'on appelle inextinguibles, et les talismans. Le duc...

Bibliographic information