Biographie nouvelle des contemporains [1787-1820]. (Google eBook)

Front Cover
1827
1 Review
  

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

Ingrand, page 322

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 471 - Une association républicaine s'était formée pour la défense de la liberté individuelle et de la liberté de la presse, et cette association comprenait divers comités'.
Page 475 - Chabot n'y paraissait point encore; l'heure arrivée , il n'était pas venu. Grangeneuve en conclut qu'il a abandonné l'idée du partage ; mais croyant à l'exécution pour lui, il part ; il prend le chemin convenu, le parcourt à petits pas, ne rencontre personne au monde, repasse une seconde fois crainte d'erreur sur l'instant, et il est obligé de rentrer chez lui sain et sauf, mécontent de l'inutilité de sa préparation. Chabot se sauva des reproches par de misérables défaites, et ne démentit...
Page 75 - Depuis ce cube de sel , que chaque jour nous voyons naître sous nos yeux , jusqu'à ces saphirs et à ces rubis que des cavernes obscures cachaient en vain à notre luxe et à notre avarice, tout obéit aux mêmes règles; et parmi les innombrables métamorphoses que subissent tant de substances, il n'en est aucune qui ne soit consignée d'avance dans les formules de M.
Page 328 - ... cause est commune ; nous sommes tous passagers sur le vaisseau de la révolution : il est lancé, il faut qu'il aborde , ou qu'il se brise. Nul ne trouvera de planche dans le naufrage.
Page 475 - ... chemin convenu, le parcourt à petits pas, ne rencontre personne au monde, repasse une seconde fois crainte d'erreur sur l'instant, et il est obligé de rentrer chez lui sain et sauf, mécontent de l'inutilité de sa préparation. Chabot se sauva des reproches par de misérables défaites, et ne démentit point la poltronnerie d'un prêtre, ni l'hypocrisie d'un capucin. BARBAROUX...
Page 475 - ... cette gloire avec vous. — Comme vous voudrez; un est assez; deux peuvent mieux faire encore ; mais il n'ya pas de gloire à cela ; il faut que personne n'en sache rien. Avisons donc aux moyens. » « Chabot se charge de les ménager. Peu de jours après, il annonce à Grangeneuve qu'il a son monde et que tout est prêt. — « Eh bien ! fixons l'instant ; nous nous rendrons au comité demain au soir ; j'en sortirai à dix heures et demie ; il faudra passer dans telle rue, peu fréquentée,...
Page 241 - ... retenir prisonnière le tentèrent vainement. Les Autrichiens commandaient et protégèrent son passage. A Genève, on ne voulait lui permettre ni de rester ni d'aller plus loin. Elle se souvint qu'elle avait fondé un hôpital à Aix en Savoie, et ses habitans ne l'avaient pas oublié. Ils la recurent avec tous les égards dus à son rang et à son malheur. Elle y attendait la décision des puissances alliées dans une anxiété mêlée encore de quelque douceur, puisqu'elle avait ses enfans...
Page 100 - Paris, qui s'installa de sa propre autorité dans la nuit du 9 au 10 août, et qu'il ne devint ensuite substitut du procureur-syndic de la commune, que parce qu'il avait participé aux massacres de septembre, et à l'assassinat de la princesse de Lamballe. Cependant la commune usurpatrice porta ses prétentions plus loin ; elle voulut élever sa puissance sur les débris de la représentation nationale même. Le projet fut formé d'assassiner tous les membres de .la convention qui ne partageaient...
Page 384 - Il fit donner des missions dans le diocèse. Ces soins n'empêchèrent pas M. l'abbé Jauffret de publier des Mémoires pour servir à l'Histoire de la Religion et de la Philosophie à la fin du 1 8*.
Page 419 - Il publia, en 1798, un ouvrage intitulé De l'impôt sur les successions, et de l'impôt sur le sel, et comparaison de ces deux impôts, soit entre eux, soit avec les contributions directes.

Bibliographic information