Histoire du Tribunal révolutionnaire de Paris avec le Journal de ses actes, Volume 3 (Google eBook)

Front Cover
Librairie Hachette et cie, 1881 - France
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 179 - La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités de Salut public et de Sûreté...
Page 125 - Citoyens, la révolution est dans le peuple, et non point dans la renommée de quelques personnages. Cette idée vraie est la source de la justice et de l'égalité dans un état libre ; elle est la garantie du peuple contre les hommes artificieux qui s'érigent en quelque sorte en patriciens par leur audace] et leur impunité.
Page 64 - Toutes conspirations et complots tendant » à troubler l'État par une guerre civile en » armant les citoyens les uns contre les » autres, ou contre l'exercice de l'autorité » légitime, seront punis de mort.
Page 178 - ... cachés à punir, mais des conspirateurs à front découvert , qui, comptant sur l'aristocratie avec laquelle ils ont marché depuis plusieurs années , appellent sur le peuple la vengeance du crime. Non, la liberté ne reculera pas devant ses ennemis; leur coalition est découverte. Dillon, qui ordonna à son armée de marcher sur Paris, a déclaré que la femme de Desmoulins avait touché de l'argent pour exciter un mouvement , pour assassiner les patriotes et le tribunal révolutionnaire....
Page 11 - Bientôt ce fut un crime de lèse-majesté ou de contre-révolution à la ville de Nursia d'avoir élevé un monument à ses habitants morts au siége de Modène, en combattant cependant sous Auguste lui-même, mais parce qu'alors Auguste combattait avec Brutus , et Nursia eut le sort de Pérouse.
Page 401 - ... le succès des ennemis de la France, en exerçant toute espèce d'exactions et de concussions sur le peuple français, en mêlant au tabac de l'eau et des ingrédients nuisibles à la santé des citoyens qui en faisaient usage...
Page 511 - J'ai fondu en larmes, ou plutôt j'ai sangloté en criant dans mon tombeau : Lucile! Lucile! ô ma chère Lucile, où es-tu? (Ici on remarque la trace d'une larme.) Hier au soir j'ai eu un pareil moment, et mon cœur s'est également fendu quand j'ai aperçu , dans le jardin , ta mère. Un mouvement machinal m'a jeté à genoux contre les barreaux ; j'ai joint les mains comme implorant sa pitié, elle qui gémit, j'en suis bien sûr, dans ton sein.
Page 418 - ... les encouragements en tout genre que vous donniez aux assassins de la patrie : que répondez-vous à ces derniers faits?
Page 121 - A ce trouble depuis long-temps inconnu qui règne dans cette assemblée, aux agitations qu'ont produites les premières paroles de celui qui a parlé avant le dernier opinant, il est aisé de s'apercevoir en effet qu'il s'agit ici d'un grand intérêt, "qu'il s'agit de savoir si quelques hommes aujourd'hui doivent l'emporter sur la patrie.
Page 12 - Suspect. Fuyait-on au contraire la popularité, et se tenait-on au coin de son feu : cette vie retirée vous avait fait remarquer, vous avait donné de la considération.

Bibliographic information