Les métamorphoses du jour (Google eBook)

Front Cover
Garnier frères, 1869 - Caricatures and cartoons - 480 pages
7 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page xx - ... vanité du paon, n'ont été nulle part saisies, consacrées, pour ainsi dire, par le dessin, comme elles le furent dans les Métamorphoses du jour. Grandville a mis tant de justesse dans l'emmanchement, tant d'accord dans l'assemblage des parties, et dans l'intention tant de finesse, qu'il nous serait aujourd'hui bien difficile de représenter aux yeux un vice quelconque de l'humanité autrement que sous les formes qu'il a si spirituellement adaptées à ce vice. Chacun de nos travers a maintenant...
Page 141 - Au banquet de la vie, infortuné convive, J'apparus un jour, et je meurs : Je meurs, et sur ma tombe, où lentement j'arrive, Nul ne viendra verser des pleurs.
Page 275 - Il n'est point de serpent ni de monstre odieux Qui, par l'art imité, ne puisse plaire aux yeux : D'un pinceau délicat l'artifice agréable Du plus affreux objet fait un objet aimable.
Page xxii - Chiens courants et limiers, et dogues, et molosses, Tout se lance, et tout crie : « Allons ! Quand le sanglier tombe et roule sur l'arène, Allons, allons ! les chiens sont rois ! Le cadavre est à nous ; payons-nous notre peine, Nos coups de dents et nos abois. Allons ! nous n'avons plus de valet qui nous fouaille Et qui se pende à notre cou ; Du sang chaud, de la chair, allons, faisons...
Page xxix - Je dis de l' esprit, car c'est de là que procèdent les compositions de Grandville. Elles sont pensées plutôt que senties. Il n'y laissait pas voir la tendresse de son cœur, comme s'il l'eût réservée tout entière pour les épanchements de la vie intérieure. Mais du moins...
Page xxxv - Gharton le poussait de plus en plus vers les hauteurs de la satire morale, lui parlait de Greuze, d'Hogarth. d'Abraham Bosse , lui faisait entendre que, même en restant dans les données du drame bourgeois, il pouvait s'immortaliser par la peinture, non des dehors de la vie, mais des secrets de l'âme. Molière n'avait-il pas lui-même commencé par Scapin et Sganarelle avant d'en venir aux grandes figures d'Alceste et de Tartufe ? Molière!
Page xvi - ... à qui rirait le plus haut des malheurs de l'amant heureux. A partir de ce jour, les Métamorphoses de Grandville devinrent l'objet de toutes les conversations ; on les trouvait sur tous les guéridons, dans toutes les mains. Deux auteurs, MM. Paul Lacroix et Ozanneaux, improvisèrent pour l'Odéon une pièce dont l'ouvrage de Grandville leur fournit la pensée et le titre : les personnages devaient changer de tête , et l'on se demandait qui peindrait ces physionomies de carton. — Naturellement...
Page 342 - I", qu'il échangea , en 1518, sa terre de Chasseloup contre l'emplacement actuel des Tuileries. Sous Henri IV, François Chiron , prévôt des marchands, construisit à ses frais l'égout du Ponceau, depuis la rue SaintDenis jusqu'à la rue Saint-Martin. Le grand égout de ceinture fut l'ouvrage immortel du ministre Turgot , le père du ministre de Louis XVI. Le plus vaste et le plus admirable égout de la ville de Paris, l'égout de la rue de Rivoli , a été construit par l'empereur. C'est aussi...
Page 409 - L'hirondelle est transportée de joie, lorsque réveillée du sommeil qui, pendant l'hiver, la retenait ensevelie dans un étang, elle ouvre les yeux aux charmes du printemps. Elle voltige sur les saules; elle chante aux collines et aux vallons le plaisir qu'elle ressent ; elle s'écrie: 0 mes compagnes! réveillez-vous, voici le printemps.
Page xxiv - ... du chalumeau , et dans sa nudité chaste il serait impossible de le reconnaître, s'il n'était trahi... encore par son nez! On ne peut nier sans doute que les caricatures de Grandville, je parle de celles qui ont trait à la politique, n'aient beaucoup perdu, à l'heure qu'il est, du sel que nous y trouvions jadis dans la chaleur du combat. Chacun, en ce temps-là, y mettait du sien. On prêtait à l'artiste d'autant plus d'esprit qu'on était soi-même plus en colère ; on riait de fureur,...

Bibliographic information