Oeuvres de Mr. l'abbé de Saint-Real:. (Google eBook)

Front Cover
chez les Freres Vaillant, & Nicolas Prevost, 1722 - French literature
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 312 - Quelque tems après , ayant été obligé pour le Service du Roi d'aller en Bretagne , il fe mit fi fortement en tête de m'avoir près de lui , & écrivit des chofes fi étranges fur ce fujet à l'Abbé d'Effiat fon Parent, que je fus obligée de partir de Paris trois femaines après être accouchée.
Page 247 - Plus obftinée que toutes les Furies des Fables, elle l'occupe au milieu des Repas, elle trouble fon Repos, elle s'introduit jufques dans fes Songes.
Page 383 - Ce n'est ni bleu, ni gris, ni tout à fait noir ; mais un mélange de tous les trois, qui n'a que ce que chacun a de plus beau, la douceur des bleus, la gaité des grù, et sur tout le feu des noirs.
Page 328 - ... fort mal, nous ne prîmes pas garde que ce qui répandit perçant ce mauvais plancher, alla mouiller les lits de ces bonnes sœurs. Si vous étiez alors à la cour, il vous souviendra qu'on y conta cet accident comme un franc tour de page.
Page 386 - Robbe-de-Chambre pour en juger ; & c'eft en cette feule Perfonne qu'on peut dire véritablement, que l'Art le plus délicat, & le mieux caché, ne fçauroit égaler la Nature. Une grande marque que la Propreté , qui coûte tant de foins aux autres Femmes lui eft naturelle, c'eft qu'elle ne porte jamais d'Odeurs , quoi qu'elle les aime beaucoup.
Page 317 - Sommes immenfes , des Meubles hors de prix, des Charges, des Gouvernemens , & tous les autres Débris de la Fortune de mon Oncle , le Fruit de fes Travaux , & la Récompenfe de fes Services.
Page 385 - ... en la regardant, de trouver à redire qu'il ne soit pas de la dernière blancheur. Ses cheveux sont d'un noir luisant, qui n'a rien de rude. A voir le beau tour qu'ils prennent naturellement, et...
Page 329 - Chelles, où je savois que nous serions traitées plus raisonnablement, quoique nous ne pussions pas y avoir tant de visites ; et M. Mazarin arriva de Bretagne le même jour que nous y fûmes transférées. Ce fut à quelques jours de là qu'il y vint avec soixante chevaux, et permission de M . de Paris pour entrer dans le couvent, et m'enlever de force ; mais l'abbesse sa tante, ne se contentant pas de lui refuser l'entrée, me remit toutes les clefs entre les mains, pour m'ôter jusqu'au soupçon...
Page 113 - On demeubla d'abord fa chambre ; /&C au lieu de tant de ehofes magnifiques qu'on en ôta , on y mit pour tout meuble un méchant matelas à terre. Aucun de fes Officiers ne parut depuis en fa préfence. Il fut toujours gardé à vue. On lui fit prendre un habit de deuil. Il ne fut plus fervi que par des hommes vêtus de même , & qui lui étoient inconnus. Ce malheureux héritier de tant de Couronnes ne vit plus rien autour de lui , qui ne prélentât à fes yeux l'image de la mort.
Page 365 - Je vous avoue que le cœur me serre à ce récit. Je ne connois rien de plus cruel dans la vie, que de voir revenir de bonne foi les gens à nous, après qu'ils nous ont fait des injures mortelles.

Bibliographic information