Catherine d'Overmeire: étude (Google eBook)

Front Cover
Michel Lévy Frères, 1873 - 372 pages
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 310 - ... mauvais anges sont punis et tout finit bien. Le détail est admirablement rendu. Pourquoi y at-il tant de péripéties ? Signalons les confessions artistiques de Marcel, qui s'efforce d'être vrai, en peinture. Feydeau parle par sa bouche : « Eugène Delacroix, le plus grand peintre de notre siècle, fut traîné dans la boue pendant trente ans par des crétins dont je ne voudrais pas pour nettoyer ma palette... » Marcel parle alors d'un tableau présenté au salon : « Le public faisait cercle...
Page 321 - Peuh ! le public est devenu bien hypocrite. Même en peinture, maintenant, il n'aime que les périphrases. Le mot propre lui fait peur. Pour un petit bout de gorge qu'on lui montre , il pousse des cris de paon. On dirait qu'on l'assassine !
Page 219 - Malheur à vous! scribes et pharisiens hypocrites, qui purifiez le dehors de la coupe et du vase, pendant qu'au dedans vous êtes pleins de rapines et de souillures.
Page 312 - Homme qui se brûle lu cervelle. « Je trouvais, dit-il, dans cet acte un certain agencement de lignes fort régalant: la tête extravasée dans la fumée, les pieds rejetés en avant, le buste ployé sur les reins, la main tendue, toute frémissante, une pose originale enfin... » Vous voyez que le peintre Marcel abonde à son tour dans la théorie de Gœthe, que nous citions tout à l'heure; il lui faut le régal, non l'émotion véritable, la nature toute crue, hideuse ou basse, au lieu de cette...
Page 311 - ... s'efforce d'être vrai, en peinture. Feydeau parle par sa bouche : « Eugène Delacroix, le plus grand peintre de notre siècle, fut traîné dans la boue pendant trente ans par des crétins dont je ne voudrais pas pour nettoyer ma palette... » Marcel parle alors d'un tableau présenté au salon : « Le public faisait cercle autour de mon œuvre, à l'exposition ; ils ont invectivé le public, ils ont dit que j'étais un peintre d'une immoralité révoltante. Enfin, ils m'ont appelé réaliste....
Page 312 - ... dont je ne voudrais pas pour nettoyer ma palette... » Marcel parle alors d'un tableau présenté au salon : « Le public faisait cercle autour de mon œuvre, à l'exposition ; ils ont invectivé le public, ils ont dit que j'étais un peintre d'une immoralité révoltante. Enfin, ils m'ont appelé réaliste. Réaliste, grand Dieu ! je vous avouerai que je voudrais bien l'être ! mais il me manque tant de qualités pour cela ! je n'en ai jamais connu qu'un seul : celui qui, tenez, vous pouvez...
Page 310 - ... oreilles prudes. M. Feydeau nous le dit lui-même , ou du moins nous le fait dire par son peintre Marcel : « Un tas de vieux farceurs qui se sont faits ermites à l'âge où les désirs ne sont plus servis par la force , plus jaloux de l'argent que de la réputation gagnée par les autres, éreintent, pardon du mot, mais il est consacré, tous ceux qui ont leur franc-parler dans l'art et ne s'abaissent pas à des hypocrisies d'expression faites. pour des Tartufes qui veulent cacher leur jeu....
Page 228 - Depuis bien des « années je vous exhorte inutilement avec douceur, en « vous prêchant , en priant et en pleurant ; mais , selon « le proverbe de mon pays , là où la bénédiction ne « peut rien, le bâton peut quelque chose. Voilà que « nous exciterons contre vous les princes et les prélats , « qui , hélas ! armeront contre cette terre les nations et « les royaumes , et beaucoup périront par le glaive ; les « terres seront ravagées , les murs renversés , et vous « tous , ô douleur...
Page 109 - L'institution a pour objet d'« inspirer aux jeunes personnes, avec la simplicité des mœurs, le respect et l'amour de la religion, former leur cœur à la vertu, et orner leur esprit par l'étude des sciences utiles...
Page 201 - ... plus besoin de personne; et alors, comme tu es toujours belle, ta maison devient le rendez-vous de la meilleure compagnie. Les étrangers de distinction se font mener chez toi, heureux de mettre à tes pieds leurs hommages. Ah! être fille, et une belle fille! et blonde! et avoir dix-huit ans ! et rester libre ! Mais c'est le rêve de tous les êtres intelligents! Et tu es tout cela, et tu te plains!... » / Voyons, soyons juste. M. Sainte-Beuve, citant une théorie de Gœthe, insinue que l'idée...

Bibliographic information