Bibliothèque Latine-Française, Volume 2 (Google eBook)

Front Cover
C. L. F. Pancoucke, 1835
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 396 - O douce Volupté, sans qui, dès notre enfance, Le vivre et le mourir nous deviendraient égaux; Aimant universel de tous les animaux , Que tu sais attirer avecque violence ! Par toi tout se meut ici-bas. C'est pour toi, c'est pour tes appas...
Page 332 - Elysios incolens ipse, tibi propitiam frequens adorabis. quodsi sedulis obsequiis et religiosis ministeriis et 5 tenacibus castimoniis numen nostrum promerueris, scies ultra statuta fato tuo spatia vitam quoque tibi prorogare mihi tantum licere.
Page 366 - Quaeras forsitan satis anxie, studiose lector, quid deinde dictum, quid factum; dicerem, si dicere liceret, cognosceres, si liceret audire. sed parem noxam contraherent et aures et linguae illae temerariae curio10 sitatis. nee te tamen desiderio forsitan religioso suspensum angore diutino cruciabo.
Page 396 - N'est que toi proprement, divine Volupté. Et le plaisir des sens n'est-il de rien compté ? Pour quoi sont faits les dons de Flore, Le Soleil couchant et l'Aurore, Pomone et ses mets délicats, Bacchus, l'âme des bons repas, Les forêts, les eaux, les prairies, Mères des douces rêveries...
Page 397 - Ne me dédaigne pas, viens-t'en loger chez moi; Tu n'y seras pas sans emploi : J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien, Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique. Viens donc ; et de ce bien, ô douce Volupté, Veux-tu savoir au vrai la mesure certaine? Il m'en faut tout au moins un siècle bien compté; Car trente ans ce n'est pas la peine.
Page 387 - Psyché par tous les carrefours de l'univers, et d'y faire planter des poteaux où ce placard seroit affiché : De par la reine de Cythère, Soient, dans l'un et l'autre hémisphère, Tous humains dûment avertis Qu'elle a perdu certaine esclave blonde, Se disant femme de son fils, Et qui court à présent le monde. Quiconque enseignera sa retraite à Vénus, Comme c'est chose qui la touche, Aura trois baisers de sa bouche; Qui la lui livrera, quelque chose de plus.
Page 397 - J'entends innocemment : sur son propre désir Quelque rigueur que l'on exerce, Encore y prend-on du plaisir. •> Volupté, Volupté, qui fus jadis maîtresse Du plus bel esprit de la Grèce , Ne me dédaigne pas , viens-t'en loger chez moi ; Tu n'y seras pas sans emploi : J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, La ville et la campagne , enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien, Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique.
Page 389 - II n'est arbre mangé qui sous ses voûtes creuses Souffre que de ce peuple il reste un seul essaim : . Tout déloge; et la terre en tire de son sein.
Page 424 - ... la vérité du fait; et le préfet : Dis-nous un peu ton nom , tes parents, ton pays; il n'est pas que tu n'aies quelque part des amis qu'on puisse connaître ? Je lui répondis, et lui dis : Mon nom à moi est Lucius, et celui de mon frère Caïus, et avons commun le surnom, tous deux auteurs connus par différents ouvrages. J'ai écrit des histoires; il a composé, lui, des vers élégiaques , étant avec cela bon devin ; et sommes de Fatras d'Achaïe.
Page 366 - ... accessi confinium mortis et calcato Proserpinae limine per omnia vectus elementa remeavi, nocte media vidi solem candido coruscantem lumine, deos inferos et deos superos accessi coram et adoravi de proxumo.

Bibliographic information